RMC

Ils écrivent à François Hollande pour faire reconnaître le terme "chocolatine"

-

- - AFP

Cinq lycéens de Montauban ont écrit une lettre à François Hollande et à l’Académie française pour faire officiellement reconnaître le mot "chocolatine", l’autre appellation du pain au chocolat.

Attention, sujet brûlant: quand vous achetez votre goûter chez votre boulanger, vous demandez un pain au chocolat ou une chocolatine? Ne riez pas, c’est un débat très sérieux, puisque la deuxième proposition, très répandue dans le sud-ouest, n’est pas présente dans tous les dictionnaires (seulement dans le Larousse et le Robert).

Pour faire reconnaître officiellement l’appellation "chocolatine", cinq lycéens de Montauban ont écrit une lettre à François Hollande, qu’ils ont également fait suivre mardi à l’Académie française. Et c’est très sérieux. "L’inventeur de chocolatine, au départ, l’a appelé le 'shokolde croissant', le croissant au chocolat. Le nom "chocolatine" vient de la déformation de ce nom. C’est le terme de base", explique à RMC.fr Vincent (17 ans), l’un des lycéens à l’origine de la lettre.

"Cela nous fait du mal que tous les autres Français disent que la chocolatine n’existe pas"

Rassurez-vous, le but n’est pas de forcer la France entière à adopter cette prononciation. "On ne veut obliger personne. Mais il y a quand même un million de personnes qui emploient ce terme. Si vous dîtes "pain au chocolat" on ne vous en voudra pas. Mais on le prononce quand même de Bordeaux à Perpignan. Ça nous fait du mal que tous les autres Français disent que la chocolatine n’existe pas et qu’il faut dire pain au chocolat", reprend Vincent.

En attendant, les boulangers et l'hypermarché de la zone Albasud commencent à imprimer les articles de presse relayant le combat de Vincent et de ses camarades. Mais, ironiquement, c’est une élève originaire du Nord qui a fait remarquer à ses camarades que "chocolatine" n’existait pas officiellement.

AM