RMC

Interview de Hollande: "Le président veut incarner la fonction jusqu'au bout"

François Hollande

François Hollande - AFP

ANALYSE - Dans un long entretien publié dans Les Echos, ce jeudi, François Hollande attaque la droite et donne des gages à sa gauche en confirmant notamment une nouvelle baisse d'impôt en 2017 pour les classes moyennes. En faisant autant d'annonces à un an de la fin de son mandat, le président semble plus que jamais en campagne pour sa réélection.

Nouvelles baisses d'impôts en 2017 pour les classes moyennes, annonces pour les PME... François Hollande fait de nombreuses annonces dans un long entretien paru ce jeudi dans Les Echos. Et dans cette interview le président se montre optimiste et volontariste. Optimiste car il est persuadé que sa bataille pour la compétitivité porte ses fruits. Il est aussi convaincu que la croissance sera supérieure à 1,6% en 2016. Il peut donc faire de nouvelles promesses aux entreprises.

Entre autres, le chef de l'Etat annonce que le CICE sera prolongé et que les baisses de charges vont aussi continuer pour inciter les PME à embaucher. François Hollande n'oublie pas non plus les classes moyennes: il leur promet une nouvelle baisse d'impôts. Le président ménage aussi sa gauche en épargnant la CGT, accusée par Manuel Valls: pour lui, elle n'est pas responsable des violences, elle en a même été victime.

"Il n'a pas d'autre choix"

Enfin François Hollande rôde ses arguments contre un futur adversaire de droite. Il estime qu'il y a beaucoup d'inconséquence et peu de justice dans les programmes des candidats à la primaire. Au moment où les sondages sont au plus bas, le chef de l'Etat semble plus que jamais en campagne pour sa réélection. "On a un président qui veut incarner la fonction jusqu'au bout, estime sur RMC le politologue Olivier Rouquan. Cela permet à cet exécutif, peu populaire et très contesté, dans une période de crises multiples, d'indiquer à l'opinion publique et aux électeurs qu'il travaille et souhaite agir".

"François Hollande n'a pas d'autre choix, s'il ne veut pas voir, pendant un an, son capital personnel s'effriter encore plus mais surtout s'il ne veut pas voir s'abimer la fonction qu'il incarne, analyse-t-il encore. En même temps, il apparaît clair que, du point de vue personnel, cela pourrait un jour servir un président qui deviendrait candidat".

Maxime Ricard avec Aurélia Manoli