RMC

"Islamo-gauchisme": "d’habitude, je retrouvais ces mots plutôt chez Philippot", déplore le camp Hamon

-

- - AFP

Mardi, Malek Boutih, soutien de Manuel Valls, a accusé Benoît Hamon "d’entrer en résonnance avec une frange islamo-gauchiste", dans une interview à 20 Minutes. Alors que les deux candidats à la primaire de la gauche se retrouvent mercredi pour un débat, "ça ne dénote pas d’une grande sérénité" selon Mathieu Hanotin, directeur de campagne de Benoît Hamon.

Mathieu Hanotin est député PS de Seine-Saint-Denis et directeur de campagne de Benoît Hamon.

"C’est assez bizarre, parce que d’habitude, ce genre de propos, je les retrouvais plutôt dans la bouche de Florian Philippot que dans la bouche d’un dirigeant de gauche. On est désagréablement surpris. C’est effectivement très violent, mais je n’irai pas jusqu’à dire que je suis surpris, connaissant le personnage. Mais là, je trouve quand même que les choses vont loin, en plus sur des ressorts qui ont été usé et abusé.

"Nous on ne se mettra pas à ce niveau-là"

On voit aussi apparaître de la part de l’extrême droite des blogs 'Bilal Hamon', qui font fortement penser aux blogs 'Ali Juppé'. Je me désole qu’un député qui se dit de gauche comme Malek Boutih se mette dans cette ligne-là. Nous on ne se mettra pas à ce niveau-là. Benoît Hamon ne va pas répondre à monsieur Boutih. On va juste présenter le programme et continuer à parler aux Français. D’ailleurs, je pense que les Français ne sont pas dupes.

Ce qui est sûr, c‘est que tout ça ne dénote pas d’une grande sérénité de la part de monsieur Boutih et de la part d’un certain nombre de soutiens de monsieur Valls. On peut avoir des débats sur la vision de la laïcité des uns et des autres. On peut même avoir des désaccords. Mais là, je ne vois pas trop ce que ça apporte au débat. Dans le domaine de l’excessif, on va très loin, donc c’est très insignifiant.

"C’est un peu ce qu’on dit quand on n’a plus grand-chose à dire"

Ce n’est pas notre manière de faire campagne ni de faire de la politique. Je pense juste que manifestement il y a quelques problèmes de sérénité. C’est un peu ce qu’on dit quand on n’a plus grand-chose à dire. Moi je préférerais entendre monsieur Valls sur ses propositions. Je l’entends beaucoup critiquer Benoît Hamon, bientôt on va dire que le Titanic, c’était de la faute de Benoît Hamon. Mais je l’entends moi défendre ses propositions.

Nous on défendra nos propositions, nos idées. Benoît Hamon, ce qu’il incarne dans cette campagne, c’est être le tenant d’une gauche moderne et sans renoncement. Être porteur d’idées neuves, qui ne sont pas figées. On veut résolument se tourner vers l’avenir, apporter des solutions aux problèmes qui se posent, tant dans le monde du travail que dans le domaine écologique. Nous on continuera à le faire".

Propos recueillis par Antoine Maes