RMC

Je suis Républicain et je vais suivre Emmanuel Macron, je dis oui à sa main tendue

Une vingtaine d'élus LR et UDI, dont des juppéistes et lemairistes, ont jugé mardi que leurs familles politiques "doivent répondre à la main tendue" par Emmanuel Macron, qui vient de nommer Premier ministre Edouard Philippe, issu de leurs rangs. Un appel soutenu par Pierre-Yves Bournazel (LR), conseiller régional d’Ile-de-France

Nathalie Kosciusko-Morizet, Benoist Apparu, Fabienne Keller, Thierry Solère… Ils sont une vingtaine d'élus LR et UDI à avoir jugé mardi que leurs familles politiques "doivent répondre à la main tendue" par Emmanuel Macron. Un jugement partagé par Pierre-Yves Bournazel, conseiller régional (LR) d’Ile-de-France et invité dans Bourdin Direct

"Je suis LR et je vais suivre Emmanuel Macron, je dis oui à sa main tendue. Les idées et les convictions qui sont les miennes sont partagées par Edouard Philippe. Le choix que nous faisons est celui de faire réussir les réformes pour faire réussir la France. Quand on a des idées et des convictions qui sont humanistes, libérales, sociales et que les réformes que l’on a toujours voulues vont être mises en place, il faut les soutenir. Je veux soutenir le président de la République et le Premier ministre. Quand on est Républicains, on ne peut pas s'opposer à la réforme du travail, à une baisse des charges, à une simplification administrative, à une réforme de l’école qui est essentielle. On ne va pas s’opposer au recrutement de 10.000 policiers et gendarmes supplémentaires alors que c’était dans notre projet. Ayons le courage et la lucidité de défendre l’intérêt général".

Pierre-Yves Bournazel, candidat aux élections législatives du 18ème arrondissement de Paris, demande donc aux électeurs Républicains de soutenir le gouvernement. "L’électeur LR a d’abord le souci de l’intérêt du pays. Il doit voter en conscience pour la réussite de ce gouvernement: celui conduit par Edouard Philippe qui est le chef de la majorité future que nous appelons de nos vœux. On ne va pas quand même pas passer à côté de réformes essentielles pour l’avenir du pays. Il faut avoir le sens des responsabilités. J’ai échangé avec beaucoup d’électeurs du 18ème arrondissement où je suis candidat, et beaucoup me disent qu’il faut d’abord faire avancer le pays. Je soutiens très clairement l’action du gouvernement, je veux qu’il réussisse pour l’intérêt de la France, car mes idées et mes convictions se retrouvent aujourd’hui, au cœur de l’action du gouvernement".

Bourdin Direct avec A. B.