RMC

Jean-François Copé craint que Marine Le Pen soit au second tour

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, juge réelle la menace de voir Marine Le Pen accéder au second tour de la présidentielle en 2012 et veut dissuader Jean-Louis Borloo de se présenter pour éviter un même parpillement des voix que celui qui

Le secrétaire général de l'UMP, Jean-François Copé, juge réelle la menace de voir Marine Le Pen accéder au second tour de la présidentielle en 2012 et veut dissuader Jean-Louis Borloo de se présenter pour éviter un même parpillement des voix que celui qui - -

Jean-François Copé juge réelle la menace de voir le Front national présent au second tour de l'élection présidentielle en 2012 et veut dissuader Jean-Louis Borloo de se présenter pour éviter la réédition de 2002.

Dans Le Figaro magazine daté du 28 mai, le secrétaire général de l'UMP estime qu'on doit briguer l'Elysée "parce qu'on porte en soi une flamme, un projet pour la France" et non "pour occuper une case", une allusion aux velléités du centriste Jean-Louis Borloo, qui envisage d'entrer dans la course.

Interrogé sur la possibilité de voir le Front national empêcher le candidat UMP ou PS accéder au second tour, comme en 2002, Jean-François Copé répond: "Oui, cette menace est réelle."

"J'observe simplement que, lorsque Jean-Pierre Chevènement s'est présenté, en 2002, il a, par les voix qu'il a accumulées sur son nom, empêché Lionel Jospin d'être présent au second tour", dit-il à propos de l'ex-Premier ministre socialiste.

Selon lui, la menace est d'autant plus importante "qu'on entend, en ce moment, beaucoup de nos concitoyens nous dire que c'est une manière pour eux de donner 'un coup de pied dans la fourmilière'", de bousculer les habitudes".

Gérard Bon, édité par Yves Clarisse

REUTERS