RMC

La confiance aux élus en berne: "Je ne m'inquiète pas pour eux, et je pense qu'ils ne s'inquiètent pas pour moi"

Les Français ont une mauvaise opinion de leurs élus. Plus de 6 sur dix. Seuls les maires s’en sortent selon un sondage Ifop pour le JDD paru dimanche. Cette étude ne fait que confirmer un rejet.

Dans ce sondage, les Français estiment notamment que les "carrières politiques sont trop longues", que les élus gagnent "trop d’argent", qu’ils ont "trop de pouvoir"... En janvier déjà, une enquête menée par le Cevipof, le Centre d’étude de la vie politique, montrait ce qui était présenté comme une "fracture inédite" entre le peuple et les partis politiques, notamment.

85% des Français pensaient que les élus, les responsables politiques, ne se préoccupaient pas d’eux. L’état d’esprit des sondés été caractérisé par trois mois : lassitude, morosité, défiance.

"Je ne pense pas qu'ils soient proches de nous"

Depuis, rien n’a changé, il y a moins de "gilets jaunes" dans la rue, mais les permanences des députés La République en marche sont vandalisées, encore deux ce weekend.

Et les affaires récentes comme celle des homards de François de Rugy, ou le feuilleton Alexandre Benalla, ne font qu’aggraver cette fracture. Ce désamour, David Toulousain, le comprend parfaitement. Il l’explique notamment par la distance entre les élus, et le peuple.

"Je pense qu'ils sont très bien payés. Qu'ils ne seront jamais vraiment au chômage. Que c'est c'est un peu écrit dès le début de leurs études. Donc je ne m'inquiète pas pour eux, et je pense qu'ils ne s'inquiètent pas trop pour moi. Je ne pense pas qu'ils soient proches de nous."

"On a besoin de ces personnes, la France a besoin d'être gouvernée"

Mais contrairement à ce que dit David, les députés ont un mandat de cinq ans, mais leurs actions sont peut-être moins visibles que celles des maires. 6 Français sur 10 souhaitent d’ailleurs que leur maire se représentent en mars prochain. C’est que nous apprenait une étude là encore du Cevipof et de l’Association des maires de France, publiée il y a un mois.

Mais le tableau n’est pas non plus parfait, attention. Les agressions des maires et des adjoint ont progressé l’an dernier +9% entre 2017 et 2018. 361 élus en ont été victime. Cette situation inquiète Vincent, un électeur rencontré à Toulouse.

"On a besoin de ces personnes, la France a besoin d'être gouvernée. il y a des dérives comme partout mais il faut pas tout mettre dans le même panier. On parle des droits, mais il y a aussi des devoirs."

Paradoxalement, les maires qui sont les élus les plus appréciés des Français, renâclent à se représenter. Un sur deux envisage de ne pas se représenter l’an prochain, selon une enquête de l’Observatoire de la démocratie de la proximité

Lucas Scaltritti (avec J.A.)