RMC

La contravention pour usage de cannabis ne doit pas devenir un droit à consommer

-

- - AFP

Jeudi, Gérard Collomb, le ministre de l’Intérieur, a annoncé que la consommation de cannabis serait bientôt sanctionné d’une simple amende. Pour Serge Lebigot, président de l’association "Parents contre la drogue", c’est une très mauvaise nouvelle.

Serge Lebigot est le président de l’association "Parents contre la drogue".

"Je ne suis pas totalement opposé à cette idée qui consiste à mettre des contraventions pour consommation de cannabis. Mais a une condition: il faut que l’amende soit sérieuse. Si elle est malheureusement de 30 euros, ça laissera le droit à ceux qui en ont les moyens de s’acheter des carnets de timbres fiscaux et de consommer comme ils le veulent. Alors que les jeunes des quartiers défavorisés se retrouveront sans arrêt avec des problèmes d’argent. Si l'amende est sérieuse, autour de 300 euros, ça change tout. A 30 euros, pour le gamin des beaux quartiers qui a de l’argent de poche, ce sera un droit à consommer.

Un pas clair vers la dépénalisation? Bien sûr. On voit bien où veut aller ce gouvernement, je ne suis pas dupe. Après, on verra ce qu’en dis le parlement. Parce que passer par une ordonnance pour ça laissera un doute sur ce qu’ils veulent réellement. Si la sanction est vraiment sérieuse, qu’elle est appliquée, je ne suis pas contre l’amende. Ce que je redoute, c’est qu’on va encore stigmatiser les gamins des quartiers défavorisés.

"J’ai peur qu’on aille vers une amende qui soit une rigolade"

On ne connait pas encore le montant. Mais j’ai peur qu’on aille vers une amende qui soit une rigolade. La banalisation du cannabis, ça fait cinq ans que ça dure. On a un organisme, la Mildeca (mission interministérielle de lutte contre les drogues et les conduites addictives, ndlr), qui n’a servi à rien. Est-ce qu’il ne serait pas temps de s’occuper d’un organisme qui s’occupe vraiment de la prévention? On voit qu’il y en a de moins en moins en France, et que tout le monde banalise la consommation du cannabis.

J’ai peur qu’on aille vers une dépénalisation et une légalisation du cannabis. Ce ne serait pas forcément la fin du combat pour nous. Parce qu’on voit bien dans les pays où c’est légalisé qui trinque: ce sont les gamins, et tout ça pour faire plaisir à quelques adultes. On est dans l’hypocrisie même si on dit que c’est interdit aux mineurs. L’alcool c’est légalisé, interdit aux mineurs, mais un grand nombre de gamins consomment de l’alcool".

Propos recueillis par Antoine Maes