RMC

La gauche remporte le 1er tour : réactions

-

- - -

Si Jean-Marc Ayrault estime que le « changement s'installe dans la durée », Martine Aubry rappelle, elle, que « rien n'est joué ». « Il n'y a pas eu de vague rose » soutient de son côté François Fillon. Découvrez-ici les réactions des politiques après le 1er tour des législatives.

Les premières réactions sont arrivées tout de suite après l’annonce des résultats du 1er tour des législatives ce dimanche. Avec un score estimé à 46,9% des voix (estimation CSA pour RMC/BFMTV), la satisfaction était de mise à gauche. Martine Aubry, la 1ère secrétaire du PS (35,2%), a estimé dimanche soir sur France 2 que les Français avaient dit leur « soutien au changement » et « leur volonté d'amplification » de la victoire de François Hollande à la présidentielle. Elle a cependant indiqué que « rien n'était joué » et qu'il fallait en « appeler à la mobilisation » pour la semaine prochaine, lors du second tour. Même tonalité du côté du 1er ministre, Jean-Marc Ayrault, qui a lui aussi appelé à la mobilisation pour que « le changement s'installe dans la durée ».
La secrétaire nationale d'Europe Ecologie-Les Verts (EELV), alliés du PS, Cécile Duflot, s'est dite « plutôt heureuse » du score de son parti (4,9%), « en net progrès ».
Pour Martine Billard, coprésidente du Parti de gauche, le parti de Jean-Luc Mélenchon, les premiers résultats du premier tour sont un « choix de confirmation » du rejet de l'UMP, sans pour autant être « une mobilisation massive ni un raz-de-marée côté socialiste ».

Copé appelle à la « mobilisation générale »

Côté UMP (35,2%), l'ancien Premier ministre François Fillon a souligné sur TF1 qu'il n'y avait pas eu de « vague rose » en faveur du PS et de ses alliés. « Pour le parti du président, il n'y a pas d'appétence pour son projet », a-t-il estimé, affirmant qu'il y avait « beaucoup d'inquiétudes quant aux premières mesures qui ont été mises en œuvre ».
Jean-François Copé, secrétaire général de l'UMP, a estimé sur TF1 que de nombreux Français avaient exprimé « leur inquiétude » et il a appelé à une « mobilisation générale d'ici le deuxième tour des législatives ». « Beaucoup de compatriotes nous ont dit leur inquiétude face au risque d'augmentation massive des impôts pour payer les promesses de M. (François) Hollande, face au recul de la lutte contre la délinquance », a-t-il dit, ajoutant que cette « très grande inquiétude » s'était exprimée « un peu partout ».
L'ancienne garde des Sceaux de Nicolas Sarkozy, Rachida Dati, a relevé que, « pour avoir la majorité, le Parti socialiste devra s'allier avec les écologistes ou le Front de Gauche dont la ligne politique (...), l'idéologie sont aux antipodes ».

L’extrême-droite « victime de l’abstention »

Le Rassemblement bleu marine (FN et alliés, 13,7%), via son porte-parole Florian Philippot, s'est réjoui d'un « très bon score » et d'une « vraie dynamique » qui pèseront lourd dans la constitution de l'Assemblée. Florian Philippot a toutefois regretté que son parti ait été « victime de l'abstention ».

Pour connaître les résultats en temps réel, dans votre circonscription ou dans votre commune, rendez-vous sur notre carte interactive !

La Rédaction avec agences