RMC

La grosse colère de Marlène Schiappa à l'Assemblée nationale

PRÉSIDENT MAGNIEN - Ce mardi soir à l'Assemblée nationale, les députés ont débattu de l'article 2 de la loi sur les violences sexistes et sexuelles. Des discussions qui ont dérapé lorsque Fabien Di Filippo a fait allusion à la sexualité de la ministre.

Les députés débattaient sur le fameux article 2 qui porte sur la répression des infractions sur mineurs dans la loi contre les violences sexistes et sexuelles. Cet article est critiqué car il ne fixe pas noir sur blanc l'âge du consentement sexuel à 15 ans. Le genre débat qui comme on pouvait l'imaginer a fini par déraper.

Vers 22h30, Marlène Schiappa a vu rouge quand le député Les Républicains, Fabien Di Filippo a fait allusion à sa conception libertaire des rapports sexuels:

"Madame la ministre, ce qui est irresponsable pour les Français, c'est que vous puissiez à ce moment manquer à votre parole et faire passer votre conception libertaire des rapports sexuels y compris entre mineurs et majeurs avant la protection de nos enfants".

C'est alors que la secrétaire d'Etat de l'égalité entre les hommes et les femmes se lèvent pour intervenir:

"Je demande une suspension de séance. Monsieur le député Di Filippo n'a pas à m'insulter de la sorte et faire des suppositions qui sont totalement déplacées dans le cadre de débat qui démontre encore une fois sa misogynie crasse et son ignorance profonde de ce qu'est la liberté des femmes". La demande suspension a été acceptée pour cinq minutes. 

Alexis Corbière détend l'athmosphère 

Invité à prendre la parole, Alexis Corbière, député de la France Insoumise, s'est exprimé avec humour afin de détendre une assemblée bien tendue:

"Mes chers collègues, pour que, face à ce sujet grave, nous retrouvions nos esprits. Notre collègue Di Filippo nous a posé un sujet nouveau: Qu'est ce qu'une sexualité dite libertaire? Est-ce que c'est une sexualité qui se pratique avec des sous-vêtements rouge et noir? Peut-être. Mais ça ne fait pas beaucoup avancer la discussion. Au moins ça nous aura fait rire. Et pourtant, madame la ministre, qualifier monsieur Di Filippo tel qu'il est. Il a peut-être une sexualité un peu réactionnaire, conservatrice et peut-être même triste. Mais ce n'est pas nécessairement misogyne". 

Une intervention qui a fait rire l'Assemblée et même le député Di Filippo. Les députés ont fini par voter cet article controversé vers 1h du matin. 

B.M avec Bourdin Direct