RMC

La « liste noire » du Front national

Marine Le Pen

Marine Le Pen - -

Marine le Pen a établi sa « liste noire » pour le second tour des législatives. Elle a appelé lundi ses électeurs à battre huit personnalités dont 2 socialistes et 4 UMP, qu'elle a jugé « nuisibles ».

Ils ont adopté un comportement « contraire à la morale publique » ou « se sont montrés haineux » envers le FN . Par conséquent, la sanction est tombée : 8 personnalités politiques sont sur la « liste noire » du Front national. Marine Le Pen vise en particulier François Pupponi, Manuel Aeschlimann, Georges Tron, Jack Lang, Nathalie Kosciusko-Morizet, Xavier Bertrand, Ségolène Neuville, Slimane Tir. Y échappent en revanche Jean-François Copé, Claude Guéant ou Nadine Morano, cette dernière ayant ouvertement appelé les électeurs d’extrême droite à se rassembler autour de sa candidature à Toul (Meurthe-et-Moselle).
Marine Le Pen a également affirmé que les candidats FN qualifiés pour les seconds tours en triangulaires se maintiendraient partout à une ou deux exceptions près.

« Nous demandons à nos électeurs de faire battre… »

Marine Le Pen présentait mardi sa « liste noire » des personnalités à battre lors du second tour des législatives le 17 juin : « Au-delà des étiquettes, nous entendons participer concrètement à la moralisation de la vie politique et de la vie publique. Nous allons donc demander à nos électeurs de faire battre M. Pupponi, M. Aeschlimann, M. Tron, M. Jack Lang, M. Xavier Bertrand, Mme Neuville et M. Slimane Tir. Nous demandons à nos électeurs d’appliquer à Mme Nathalie Kosciusko-Morizet la réciprocité et par conséquent de voter pour le Parti socialiste dans sa circonscription ».

« Une vieille tradition d’extrême droite »

Nathalie Kosciusko-Morizet est ancienne ministre et porte-parole de Nicolas Sarkozy lors de la campagne présidentielle. Elle est arrivée en tête avec 39,46% des voix dans la quatrième circonscription de l'Essonne. Elle était l'invitée du 20 heures de France 2 lundi soir, et a répondu à la présidente du Front national. « Marine Le Pen renoue avec une vieille tradition d’extrême droite : les listes noires, les hommes et les femmes à abattre. Elle le fait de la manière la plus ringarde qui soit, c’est-à-dire en donnant des consignes de vote ce dont les électeurs ont absolument horreur. Et puis elle le fait aussi de la manière la plus absurde qui soit, c’est-à-dire en voulant mélanger des voix Front national avec, autour d’un candidat socialiste, le Parti communiste et l’extrême gauche. Elle demande à des électeurs dont ce n’est en général pas la préférence, de voter pour le droit de vote des étrangers, pour le laxisme sur les questions de sécurité ou encore pour le tabassage fiscal », a-t-elle déclaré sur le plateau de David Pujadas.

La Rédaction avec Aurélia Manoli