RMC

La mairie de Toulouse veut stopper le développement des commerces communautaires

Les autorités municipales utilisent leur droit de préemption dans 33 quartiers de la "Ville rose" afin de limiter les restaurants kebab et les boucheries halal.

Sur la place Arnaud-Bernard, à deux pas du Capitole, les boucheries Halal et les kebabs représentent 70% des commerces. Mais depuis peu, le visage de la place évolue. Pour freiner le développement des commerces communautaires, la mairie utile son droit de préemption. 

Cette opération, qui était destinée à trois quartiers du centre-ville, est étendue depuis le début de l’année à 33 quartiers de la ville de Toulouse. Les autorités veulent ainsi proposer à ses habitants une offre plurielle.

Sur la place, de nouveaux commerces se sont installés, comme une boulangerie, par exemple, appréciée par Steve: 

"Je suis content d’acheter mon pain ici parce que j’étais obligé de le faire ailleurs…Voilà le problème, sortir de mon quartier pour un bout de pain ou pour aller le journal. Je vais pouvoir le refaire enfin avec les nouveaux commerces qui s’implantent au fur et mesure dans ce nouveau quartier parce que nous le réhabilitons". 

"Un cordonnier, une crêperie, une épicerie"

La mairie a déjà Jean-Jacques Bolzan, maire adjoint, chargé du commerce, a promis d’être vigilant:

"Tout ce qui va arriver en tant que nouveau kebab ou boucherie halal ne sera pas permis sur cette place. On préempte, et on amène un cordonnier, une crêperie, une épicerie, ou chaque habitant, quel qu’il soit puisse trouver ce dont il a besoin pour se nourrir". 

Sur les neuf commerces préemptés sur cette place toulousaine, deux commerces cherchent toujours des porteurs de projets. Avantages pour les futurs candidats: pas de droit au bail et un loyer très modéré.

Jean-Wilfrid Forquès et X.A