RMC

La petite phrase de Gérard Collomb qui provoque la colère de l'extrême gauche

PRÉSIDENT MAGNIEN - Le ministre de l'Intérieur a estimé sur BFMTV que les manifestants ne s'opposant pas aux casseurs présents dans les cortèges étaient "complices". Cela a provoqué la colère de l'opposition d'extrême gauche.

Des affrontements ont eu lieu à Paris entre les CRS et les blacks blocs lors de la manifestation de ce samedi. Sur BFMTV, le ministre de l'Intérieur, Gérard Collomb a pointé la "passivité" des manifestants qu'ils considèrent comme des complices. 

Des propos qui ont fait bondir à gauche. Olivier Faure, le premier secrétaire du Parti socialiste a réagi sur RTL: "Vous imaginez qu'on dise à une femme avec sa poussette que c'est elle qui doit se battre avec les black blocs. C'est irresponsable. Il n'est plus à la hauteur de sa fonction". 

L'extrême gauche choquée par les déclarations de Collomb

Olivier Besancenot a été encore plus sévère avec le ministre: "C'est vraiment pathétique ce qu'il dit. La manifestation s'est bien déroulée donc ses leçons de morale, on en pas besoin. Ce personnage ne m'intéresse pas". 

Quant à Clémentine Autain, députée de la France Insoumise, elle s'est offusquée de tels propos: "C'est stupéfiant. Vous vous rendez compte, c'est le ministre de l'Intérieur. C'est une démission de l'Etat absolument incroyable et c'est une entreprise qui vise à nous stigmatiser. C'est un scandale, c'est inadmissible et je crois qu'il faut lui demander de retirer ses propos". 

Sur Twitter, le principal intéressé dénonce la "porosité entre black blocs et manifestants".

B.M avec Bourdin Direct