RMC

La "primaire populaire" est lancée: comment ça fonctionne

Malgré le soutien seulement de Christiane Taubira, la primaire populaire va se dérouler de jeudi à dimanche, avec un système de vote particulier.

"A 70 jours du premier tour, il y a mieux à faire qu'une obscure primaire". Jean-Luc Mélenchon n'est pas convaincu de son utilité, mais la primaire populaire va tout de même démarrer ce jeudi avec 467.000 inscrits qui vont départager sept candidats jusqu'à dimanche minuit, avec l'espoir de créer une dynamique pour le ou la gagnante. Une initiative citoyenne boudée par les principales forces de gauche, à l'exception de Christiane Taubira.

Sept candidatures sont présentées au vote: Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot, Anne Hidalgo, Christiane Taubira, ainsi que le député européen Pierre Larrouturou et deux personnes de la société civile, Charlotte Marchandise et Anna Agueb-Porterie.

Cette initiative a été lancée en mai 2021, avec l'élaboration d'un socle programmatique commun, avec militants et votants qui ont l'espoir de faire bouger les lignes à gauche.

"C'est un peu le dernier espoir de la gauche"

Arthur, par exemple, sait déjà pour qui il va voter: à ses yeux, Christiane Taubira est la sauveuse de la gauche.

"Je vais le faire dès aujourd'hui, dès que j'ai un moment je fais ça, et j'aurai fait mon devoir. Les électeurs de gauche espèrent avoir un minimum de crédibilité pour le ou la candidate qui sortira vainqueur. C'est un peu le dernier espoir de la gauche pour pouvoir espérer être au 2e tour."

"Si c'est Hidalgo qui gagne, je ne vais pas vous cacher que je ne voterai pas pour elle"

Un candidat unique, sauf que Jean-Luc Mélenchon, Yannick Jadot et Anne Hidalgo ne se retireront pas en cas de défaite, ce qui exaspère Martin.

"Les gens comme moi qui vont aller voter pour la primaire populaire, on est un peu blasé de ce comportement, c'est un peu la guerre d'ego. Si c'est Hidalgo qui gagne, je ne vais pas vous cacher que je ne voterai pas pour elle".

Martin va donc pouvoir donner une mention "insuffisante" à Anne Hidalgo dans ce scrutin un peu spécial. Explication de Mathilde Imer, la porte parole de la primaire populaire:

"Au lieu de choisir parmi les sept personnes présentées au vote, on vous propose de mettre une mention: très bien, bien, assez bien, passable, insuffisant. Celui qui l'emporte, c'est le candidat qui est le mieux évalué par une majorité des électeurs".

Un ou une gagnante dont les organisateurs espèrent qu'il ou elle pourra bénéficier d'une vraie dynamique pour rassembler la gauche.

>>> A LIRE AUSSI - "La page est tournée": Anne Hidalgo juge "sympathique" la Primaire populaire mais "continue" son chemin

Théo Renaudon et Martin Cadoret (édité par J.A.)