RMC

Le vrai patron du remaniement: Alain Juppé

Alain Juppé, le nouvel homme fort du gouvernement, a été le véritable patron du remaniement décidé par Nicolas Sarkozy.

Alain Juppé, le nouvel homme fort du gouvernement, a été le véritable patron du remaniement décidé par Nicolas Sarkozy. - -

Nicolas Sarkozy a annoncé hier dimanche soir le départ de Michèle Alliot-Marie du Quai d'Orsay et de Brice Hortefeux de la place Beauvau. Mais il a surtout consacré la montée en puissance d’Alain Juppé, véritable patron de ce remaniement.

Michèle Alliot-Marie était devenue problématique pour le président de la République. Son rôle en Tunisie lui avait fait perdre toute crédibilité auprès des pays du Maghreb et des pays arabes. Et il n’y avait pas un nombre infini de solutions pour la remplacer. Alain Juppé lui, ancien ministre des Affaires étrangères de 1993 à 1995, avait laissé au contraire de bons souvenirs au Quai d’Orsay. Et Nicolas Sarkozy avait besoin d’un homme d’expérience à ce poste.

Alain Juppé est parvenu à poser ses conditions à une entrée au gouvernement. D'abord le départ de Claude Guéant de l’Elysée. Son secrétaire général était aussi le chef de la diplomatie parallèle, et notamment des rapports avec le Moyen Orient et l’Afrique. Exit donc Claude Guéant. Une sortie dorée toutefois puisqu’il remplace Brice Hortefeux à l’Intérieur.

Alain Juppé a obtenu les pleins pouvoirs

Autre exigence exaucée d’Alain Juppé: le départ du conseiller diplomatique de Nicolas Sarkozy, Jean-David Levitte, véritable ministre des Affaires étrangères bis depuis le début du quinquennat. Une info RMC ce matin - dénichée dans le Journal Officiel de vendredi: Jean-David Levitte y est autorisé par arrêté à « faire valoir ses droits à la retraite, à sa demande, à compter du 1er avril 2011 ».
Le maire de Bordeaux est donc le nouvel homme fort du remaniement, et devient même le vice-Premier ministre, Nicolas Sarkozy étant très mécontent de François Fillon. Celui qui avait réussi à rester à Matignon lors du remaniement précédent et à empêcher Jean-Louis Borloo d’y accéder. Celui qui devait être un hyper Premier ministre et qui ne cesse de dégringoler depuis.

François Fillon écarté de la réflexion

Nicolas Sarkozy lui reproche son mutisme, son silence dans les médias. Un signe: François Fillon n’a été reçu par Nicolas Sarkozy à la Lanterne à Versailles qu’à 17h samedi, une fois que la messe était dite.
De plus, Nicolas Sarkozy a lui-même annoncé la nomination d’Alain Juppé, alors que d’habitude la liste du gouvernement est annoncée sur le perron de l’Elysée par le secrétaire général. Un seul précédent : Jacques Chirac annonçant en 2005 le retour de Nicolas Sarkozy au ministère de l’Intérieur. On connait la suite. Quant à Patrick Ollier, le mari de MAM, qui faisait partie du voyage de Noël en Tunisie, il est finalement resté au gouvernement alors qu’il avait affirmé samedi : « Si elle part, je pars ».

Ecoutez ci-dessous « Les coulisses de la politique » du lundi 28 février 2011, avec Christophe Jakubyszyn et Jean-Jacques Bourdin sur RMC.

Pour retrouver l'intégralité des éditions en podcast, cliquez-ici.

Christophe Jakubyszyn