RMC

Législatives: la chute est brutale pour Jean-Michel Blanquer

Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, Nicolas Poincaré est revenu sur la défaite de Jean-Michel Blanquer, l’ancien ministre de l’Education nationale, dès le premier tour des élections législatives.

Jean-Michel Blanquer, l’ancien ministre de l'Éducation nationale, était candidat aux législatives dans le Loiret. Et il a été éliminé dès le premier tour, de peu. Il n’a que 189 voix de retard sur le deuxième, mais cela suffit à le mettre hors course et à lui faire rater l’entrée à l’Assemblée, dont il a rêvé. A moins qu’il obtienne l’invalidation du résultat puisqu’il estime qu’il y a eu des irrégularités et qu’il a dit envisager un recours…

C’est en tout cas un homme défait qui a réagi dimanche soir à ce résultat. Il s’est dit triste, il a déploré avoir été victime de violences verbales très fortes et même de violence physique puisque deux profs l’ont arrosé de crème chantilly.

Mais Jean-Michel Blanquer a surtout dénoncé la montée des radicalités. Il estime que l'extrême droite et l'extrême gauche sont des dangers aussi importants. Que l'extrême gauche est une menace pour la démocratie. "Je le vis dans ma chair" depuis cinq ans, a-t-il dit.

Au gouvernement, il était déjà devenu le tenant d’une ligne très hostile à Jean-Luc Mélenchon. Il se voulait le porte-drapeau de la lutte contre ceux qu’il appelle les islamo-gauchistes ou les wokistes, le partisan d’une défense très dure de la laïcité.

Un chouchou tombé en disgrâce

Issu de la société civile, diplômé de philo, agrégé de droit, ancien recteur, ancien directeur de l'ESSEC, Jean-Michel Blanquer s’était progressivement politisé.

Au départ, repéré et défendu par Brigitte Macron, qui l’avait découvert en l’entendant dans une émission de radio, il était considéré comme un des chouchous du président au début du premier quinquennat. Il est resté cinq ans au ministère de l’Education, un record.

Mais il est progressivement tombé en disgrâce, sans que l’on sache vraiment pourquoi. Peut-être à cause d’une gaffe. Début janvier, il avait annoncé le nouveau protocole sanitaire lié au Covid dans une interview au Parisien la veille de la rentrée scolaire. Une interview donnée par téléphone depuis Ibiza, où il était en lune de miel, juste après son mariage avec la journaliste Anna Cabana.

Heureux en amour visiblement, mais malheureux en politique. Il a perdu coup sur coup et en trois semaines seulement, son portefeuille et les élections… La chute est brutale pour cet homme de 57 ans, qu’on a parfois présenté comme un possible Premier ministre.

Nicolas Poincaré