RMC
en direct

EN DIRECT - Législatives 2022: la candidate Ensemble dans le Pas-de-Calais maintient son vote blanc

Le premier tour des élections législatives a eu lieu ce dimanche en France. Selon les résultats définitifs, Ensemble a devancé la Nupes de justesse (25,75% contre 25,66%). Jean-Luc Mélenchon a estimé que le parti présidentiel était "battu et défait". Elisabeth Borne veut mobiliser au second tour pour avoir une majorité "forte et claire". Ancien ministre de l'Education nationale, Jean-Michel Blanquer est éliminé dès le 1er tour dans le Loiret. Dans le Var, c'est également déjà fini pour Eric Zemmour. Dans "Apolline Matin" ce lundi sur RMC et RMC Story, le député de la Nupes Alexis Corbière a dénoncé des "chiffres faux" du ministère de l'Intérieur. La majorité sortante essaye quant à elle de sortir du flou sur les consignes de vote.

La réponse de Marine Tondelier, candidate Nupes dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, à Alexandrine Pintus

"La réaction d’Alexandrine Pintus, que je n’ai jamais attaquée ni même citée de toute la campagne mais qui a passé la sienne à nous calomnier, est incompréhensible, y compris pour son parti et ses soutiens nationaux mais aussi locaux qui en sont très embarrassés. A la première vidéo diffamatoire qu’elle a publiée pendant la campagne contre ma suppléante et moi (sans avoir cherché à me contacter), je suis allée à sa rencontre sur le marché pour essayer d’en discuter. J’ai rapidement constaté l’impasse. Elle a continué ensuite à tenter de provoquer des réactions de ma part jour après jour, évoquant par exemple dans une story 'deux Marine politichiennes', etc. Ma suppléante a dû déposer une plainte et lui envoyer une mise en demeure. Elle a redoublé de violences à notre égard depuis le soir de son élimination au 1er tour. J’en prends acte. J’ai toujours condamné la violence sur les réseaux sociaux d’où d’où qu’elle vienne. Je continuerai à le faire. Les trolls sont légions sur les réseaux sociaux et on le sait ciblent beaucoup - mais pas que - les politiques et surtout les jeunes femmes. Je suis bien placée pour le savoir. L’équipe avec laquelle je travaille dans cette circonscription complexe sait que j’ai fait une campagne propre et que c’est important à mes yeux. Mais je ne suis pas responsable des électrons libres que je ne connais même pas. Je suis par contre opposante au RN depuis plus de dix ans, sur ce territoire qui m’a vue naître et grandir. C’est ce qui a fondé mon engagement politique. Mon histoire parle pour moi. Donc non, je n’accepte pas d’être mise sur le même pied d‘égalité qu’eux par une candidate qui manifestement cherche des excuses pour ne pas faire barrage, comme nous l’avons fait sans pudeur de gazelle pour son candidat à la présidentielle. La campagne du 2e tour a commencé. C’est la dessus que je veux me concentrer. Sur notre projet, ce territoire, ses habitants."

(Propos recueillis par Hélène Terzian)

Alerte info

"Je maintiens mon vote blanc": Alexandrine Pintus (Ensemble) ne votera pas pour la Nupes face à Marine Le Pen

EXCLU RMC

>> Alexandrine Pintus (Ensemble) ne votera pas pour la Nupes face à Marine Le Pen

Candidate aux législatives dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, Alexandrine Pintus (Ensemble) a été éliminée au premier tour ce dimanche (12,32%). Marine Le Pen (RN) et Marine Tondelier (Nupes) sont arrivées en tête, avec respectivement 53,96% et 23,43% des voix. Après qu’elle a annoncé dans un communiqué qu’elle voterait blanc au second tour, Stanislas Guérini, le ministre de Transformation et de la Fonction Publiques et délégué général d’En Marche, a tranché dans un tweet ce lundi midi: "Soyons très clairs: pas une voix pour le RN. Face à Marine Le Pen, j’appelle à voter Marine Tondelier au second tour des élections législatives".

Mais au micro de RMC, Alexandrine Pintus persiste: "Je maintiens mon vote blanc. J’ai toujours combattu le Rassemblement national. Et même là, j’ai mené une campagne contre le Rassemblement national. Mon affiche et tous mes tracts le démontrent. Mais on ne peut pas tout se permettre parce qu’on est face à Marine Le Pen. Marine Tondelier n’a pas eu un comportement républicain, c’est ce que je déplore. Dans mon communiqué, je dis bien que chacun doit faire son devoir démocratique et aller voter, parce que je déplore les 57% d’abstention et que moi personnellement, je voterai blanc par rapport à ce qui nous est arrivé, à moi et à mon équipe, durant cette campagne."

"Ce que je reproche à Marine Tondelier, c’est de ne pas avoir eu un comportement républicain. J’ai reçu énormément d’insultes, j’en ai parlé avec elle et elle n’a pas condamné", ajoute la candidate Ensemble, qui refuse de "commenter" le tweet de Stanislas Guérini.

(LP avec Hélène Terzian)

Plus d'informations ici.

Marine Le Pen salue une "dynamique forte"

Marine Le Pen a salué lundi, au lendemain du premier tour des élections législatives, une "dynamique forte" de son parti, et dit espérer l'élection de "dizaines de députés" au second tour pour former un groupe à l'Assemblée nationale.

"Le défaitisme n'existe pas sur le terrain. (...) Nous sommes là, nous sommes bien là, nous sommes en dynamique forte depuis 2017", a déclaré tout sourire, depuis Rouvroy, dans son fief du Pas-de-Calais, la finaliste de la présidentielle, qui a eu du mal à se faire entendre pendant la campagne face au duel Nupes-Ensemble!.

Le RN a réuni 18,68% des voix au premier tour, contre 13,2% en 2017, mais reste derrière la coalition de gauche Nupes (25,66%) et de la majorité présidentielle Ensemble! (25,75%).

Mélenchon: "Matignon ne s'éloigne pas mais se rapproche"

"Matignon ne s'éloigne pas mais se rapproche", a assuré lundi Jean-Luc Mélenchon, "assez confiant" au lendemain d'un premier tour des législatives ayant placé au coude à coude la coalition de gauche et le camp présidentiel.

Interrogé sur la poursuite ou non de son axe de campagne "Mélenchon Premier ministre", celui qui était arrivé troisième de la présidentielle a affirmé devant le QG de LFI à Paris: "Matignon ne s'éloigne pas, Matignon se rapproche".

Il a réitéré sa demande aux jeunes, qui se sont beaucoup abstenus: "Déferlez, c'est le moment où vous avez les pleins pouvoirs de tout changer".

"Je suis déjà fier qu'on soit les premiers dans les catégories précaires, les villes pauvres", s'est satisfait le tribun, en exhortant ses troupes à faire preuve de "ténacité et de constance". "Je suis assez confiant", a-t-il sobrement commenté.

Les attaques des macronistes sur la dangerosité de son programme? "Il y a eu une très bonne mobilisation de notre côté alors il est normal que ceux qui ne s'attendaient pas à ça le vivent mal et disent n'importe quoi", a taclé Jean-Luc Mélenchon, parlant "d'affolement".

"Le niveau d'agressivité, de violence verbale, de manipulation nous sert. Les Français n'aiment pas ça", a-t-il jugé.

(AFP)

Borne qualifie Mélenchon de "premier menteur"

Que ce soit "sur les résultats de son camp" aux législatives ou sur le "programme" de la macronie, l'Insoumis Jean-Luc Mélenchon est "surtout le premier menteur", a raillé lundi Elisabeth Borne devant les candidats du camp présidentiel réunis en visio-conférence. "Quand Jean-Luc Mélenchon prétend vouloir être Premier ministre, c'est surtout le premier menteur", a déclaré la cheffe du gouvernement, selon plusieurs participants.

(AFP)

Maracineanu appelle à faire "barrage" aux "extrêmes" dans sa circonscription face à la Nupes

L'ancienne ministre déléguée aux Sports, Roxana Maracineanu, est en ballotage défavorable après le premier tour dans la 7e circonscription du Val-de-Marne. L'ancienne femme de ménage Rachel Keke, figure du médiatique mouvement social de l'hôtel Ibis Batignolles, est arrivée en tête avec 37.22% des voix, devant l'ancienne nageuse Roxana Maracineanu (23.77%).

Cette dernière explique vouloir "rassembler tous ceux qui veulent faire barrage à l'extrême gauche" au 2nd tour dimanche prochain. "J’appelle donc tous ceux qui ne veulent pas de la gauche radicale à me rejoindre", écrit-elle sur les réseaux sociaux.

Le cafouillage à Ensemble sur les consignes de vote

>> Retour sur le grand flou autour des consignes de vote d'Ensemble pour ce second tour des législatives.

Elisabeth Borne explique les consignes de vote d'Ensemble

La majorité présidentielle soutient les candidats "républicains" face au Rassemblement national (RN), pas ceux "qui insultent nos policiers, qui demandent de ne plus soutenir l'Ukraine" ou veulent sortir de l'Europe, a déclaré ce lundi la Première ministre Elisabeth Borne.

"On a quelques dizaines de circonscriptions dans lesquelles on a un duel entre RN et Nupes. Notre position c'est: 'aucune voix pour le Front national'. Ensuite, quand on a des candidats Nupes, très clairement, si on a affaire à un candidat qui ne respecte pas les valeurs républicaines, qui insulte nos policiers, qui demande de ne plus soutenir l'Ukraine, qui veut sortir de l'Europe, nous n'appelons pas à voter pour lui", a expliqué la candidate en campagne à Condé-en-Normandie (Calvados).

"Si on a affaire à un candidat qui respecte les valeurs républicaines, alors nous le soutenons. C'est par exemple ce que j'ai eu l'occasion de dire s'agissant de Fabien Roussel", a ajouté Elisabeth Borne, qui affrontera dimanche un candidat Nupes-LFI pour le second tour des législatives dans la 6e circonscription du Calvados. Elle est arrivée en tête du premier tour avec 34,32% des voix.

Stanislas Guérini appelle à voter pour la Nupes face à Marine Le Pen, contrairement à la candidate Ensemble

C'est un cas qui illustre le flou autour des consignes de vote chez Ensemble. Dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, la candidate du parti présidentielle, Alexandrine Pintus, a annoncé après son élimination au premier tour qu'elle voterait blanc au second tour, qui opposera Marine Le Pen (RN) à Marine Tondelier (Nupes). Stanislas Guérini, ministre de la Fonction publique et délégué général d'En Marche, appelle lui à voter pour la candidate de la Nupes. "Soyons très clairs: pas une voix pour le RN", écrit-il sur Twitter.

Quand la majorité se perd dans les consignes de vote

Alerte info

Jean-Michel Blanquer va déposer un recours

Sur BFMTV, Jean-Michel Blanquer, l'ancien ministre de l'Education nationale, battu au premier tour dans le Loiret, annonce qu'il va déposer un recours.

"Le candidat Nupes, dans ma circonscription, se comporte de façon scandaleuse en permanence, explique-t-il. Sa violence verbale est extrême. Il m’a attaqué à plusieurs reprises de manière inacceptable. En plus, plusieurs de ses actions ont été illégales au cours de sa campagne. Je le dis tout de suite, je ferai un recours juridique sur cette élection. Le candidat qui est passé devant moi pour 180 voix, c’est-à-dire très peu, a violé plusieurs règles électorales pendant la campagne. Par exemple, faire des posts Facebook qui sont sponsorisés vers les électeurs, c’est interdit. Et faire venir des gens pour me parodier et éditer des tracts qui imitent mes tracts, en disant des choses inexactes. C’est toute une série de choses qui violent sciemment les règles d’élection. Ils se permettent tout, tout leur semble permis. Je suis resté sur une force de proposition. J’observe qu’on a des candidats, aux deux extrêmes, qui se croient tout permis, à chaque moment. Ça doit être dénoncé, c’est évidemment ce que je fais. Pour la France, et plus généralement en Europe et dans le monde, il y a un danger de radicalité très fort. Hier, malheureusement, c’est l’abstention qui a gagné. Il faut qu’il y a une mobilisation pour les partis de gouvernement et contre les extrêmes."

Quels scores pour les personnalités candidates? Le point dans les "Grandes Gueules"

Charles Consigny (LR) battu dans les Yvelines

Chroniqueur dans Les Grandes Gueules sur RMC, en retrait depuis son engagement auprès de Valérie Pécresse pour la présidentielle, l'avocat Charles Consigny se présentait dans la 4e circonscription des Yvelines. Sous la bannière des Républicains, il a été éliminé au premier tour (12.77%) finissant 3e derrière Marie Lebec (Ensemble, 42.34%) et Céline Bourdon (Nupes, 24.93%).

>>> A LIRE AUSSI - Zemmour, Blanquer, Wargon... ces personnalités battues dès le premier tour

Barbara Lefebvre dans les "Grandes Gueules": "Mélenchon et le RN ont réalisé un véritable exploit"

Les législatives dans "Les Grandes Gueules" sur RMC et RMC Story

Qui a gagné? Qui vous fait le plus peur : Macron ou Mélenchon? "Les Grandes Gueules", ce lundi sur RMC et RMC Story (9h-12h), débattent du premier tour des élections législatives. Avec autour d'Olivier Marschall et Alain Truchot, le directeur marketing David Dickens, l'enseignante en reconversion Barbara Lefebvre et l'agriculture Didier Giraud. Et tous les auditeurs au 3216 !

>> Ecoutez RMC en direct

Alerte info

Accusation de "faux chiffres" par Corbière: "Il n'y a aucune magouille là-dedans", assure Guérini

Alexis Corbière sur RMC ce lundi matin, et d'autres candidats de la Nupes, accusent le ministère de l'Intérieur de diffuser de "faux chiffres" dans les résultats officiels du premier tour:

"C'est quand même savoureux", réagit Stanislas Guérini. "Jean-Luc Mélenchon disait qu'il y avait 500 candidats Nupes qualifiés ce sera en réalité 400. Je veux bien qu'il nous dise qu'on trafique les chiffres, il est celui qui hier vient dire n'importe quoi sur le résultat de cette élection. Il n'y a aucune magouille là-dedans. Les chiffres sont connus, sont publiés circonscription par circonscription. C'est une affaire de nuançage, tout ça est une forme d'enfumage, de volonté systématique de créer la polémique sur tout. Si on pouvait retrouver du calme et de la rationalité et parler des vrais sujets. C'est ça qui devrait compter, pas les outrances et invectives systématiques de Jean-Luc Mélenchon".

Stanislas Guérini sur RMC-BFMTV: "Ce serait une folie de se laisser séduire" par le programme de la Nupes

Stanislas Guérini estime que le deuxième quinquennat sera bâti autour du "plein emploi", et répond aux accusations des candidats Nupes d'avoir un "programme caché" en augmentant la TVA au vu des promesses de réduction de déficits faites à l'UE.

"On va continuer à baisser les impôts, on va supprimer la redevance audiovisuelle. C'est quand même un drôle de pays où il faudrait venir s'excuser à la radio de vouloir réduire les déficits. Heuresement qu'il y a une trajectoire des réduction des déficits. On va le faire pour les prochaines générations", estime-t-il. "Ce serait une folie de se laisser séduire par un projet qu'avec des dépenses supplémentaires", lance-t-il visant la Nupes.

Stanislas Guérini (Ensemble) sur RMC-BFMTV: "Nous pouvons avoir une majorité solide"

Stanislas Guérini, ministre de la Transformation et de la Fonction publique, sur RMC-BFMTV :

"Il y a une bataille à mener pour le 2e tour. C'est la première force politique dans cette élection", estime-t-il. "Nous pouvons avoir une majorité solide, loyale à l'Assemblée"

"Pas une seule voix pour le RN" dans les 58 duels RN-Nupes, demande Olivia Grégoire

"Pas une seule voix" ne doit aller au Rassemblement national dans les 58 duels qui opposeront le parti lepéniste et la gauche Nupes au second tour des législatives, a exhorté lundi matin sur RTL la porte-parole du gouvernement Olivia Grégoire.

"Dans ces cas précis, RN-Nupes, soyons très clairs: pas une seule voix pour le Rassemblement national. Nous n'avons jamais manqué de clarté à l'endroit de ce sujet (...), pas une voix pour un projet de fermeture, pour un projet que nous n'estimons pas bon pour le pays", a-t-elle expliqué.

Corbière sur RMC: "Pas une voix pour le RN"

Concernant le second tour des législatives, Alexis Corbière maintient la consigne appliquée à la présidentielle pour La France insoumise.

"Tout le monde sait que je ne me reconnaîs pas dans les idées du RN. Madame Le Pen c'est du faux-social. On l'a toujours dit: pas une voix pour madame Le Pen à la présidentielle, et cela se décline logiquement pour les législatives. Ça reste très peu de cas."

Corbière sur RMC: "Il y a 406 circonscriptions où nous sommes au 2nd tour"

Alexis Corbière, élu au premier tour et invité de RMC ce lundi, appelle à la mobilisation pour le second tour des législatives dimanche prochain après les résultats (qu'il conteste).

"L'événement peut avoir lieu. On peut avoir une majorité à l'Assemblée nationale ! Il y a 406 circonscriptions où nous sommes au second tour."

Alerte info

Résultats définitifs: "Ces chiffres sont faux!" accuse Alexis Corbière sur RMC

Alexis Corbière (Nupes), élu dès le premier tour en Seine-Saint-Denis avec 62.9% des voix, estime que le calcul des résultats définitifs du ministère de l'Intérieur est faussé, plaçant la Nupes en 2e position en nombre de voix, quasiment à égalité avec les candidats "Ensemble" d'Emmanuel Macron.

"Darmanin recommence ! Il voulait manipuler avant le début du Premier tour et que la Nupes n'apparaisse pas. Ces chiffres sont faux! Il nous supprime des candidats sans aucun doute, il considère que des gens que nous soutenions n'étaient pas Nupes et ne les compte pas, notamment dans les DOM-TOM, et ça amène à ce chiffre", accuse-t-il en direct sur RMC.

"Une mauvaise soirée pour LR mais peut-être un groupe charnière"

Bernard Sananès, président de l’institut de sondage Elabe, sur RMC: 

"C’est une mauvaise soirée pour Les Républicains. Evidemment, si on compare aux 4,78% de Valérie Pécresse, c’est plus, puisque LR + UDI + DVD, ça fait 13%. Mais la droite modérée va perdre sans doute un siège sur deux. Il y avait 136 sièges de droite en 2017. Ils ne seront plus la première force d’opposition, c’est certain. Mais s’il n’y a pas de majorité absolue En Marche, ils vont redevenir peut-être un groupe charnière. Un groupe sur lequel la majorité présidentielle devra compter pour faire voter des textes."

"Le RN va pouvoir constituer un groupe"

Bernard Sananès, président de l’institut de sondage Elabe, sur RMC: 

"Au RN, ils vont pouvoir constituer un groupe (au moins 15 députés, ndlr). Notre projection donnait hier soir entre 25 et 35 députés. Tout cela va dépendre des reports, voir s’il y a encore un front républicain anti-RN dans certaines circonscriptions. Est-ce que l’électorat de gauche va voter pour un candidat Ensemble ? Est-ce que l’électorat d’Ensemble va voter pour un candidat de gauche pour faire barrage au RN ? Mais pour le RN, c’est important. D’ailleurs, le RN fait mieux qu’en 2017."

"Pas d'élan" pour Emmanuel Macron

Bernard Sananès, président de l’institut de sondage Elabe, sur RMC: 

"L’impopularité du premier quinquennat s’est enkystée. La présidentielle de 2022 n’a pas remis les compteurs à zéro. Ce début de quinquennat n’est pas marqué un élan, comme ça avait le cas en 2017. Macron était à 24% à la présidentielle en 2017 et à 32% aux législatives. Là, Macron à 27,85% et autour de 26% hier soir. Il n’y a pas cette dynamique. Il n’y a pas non plus, en tout cas moins que d’habitude, ce qu’on appelle la démobilisation du perdant. La gauche et le Rassemblement national, ont réussi à maintenir mobilisée une partie de leur électorat."

"La dynamique électorale est favorable à la Nupes"

Bernard Sananès, président de l’institut de sondage Elabe, sur RMC: 

"Jean-Luc Mélenchon Premier ministre, ce n’est pas l’hypothèse la plus probable, sur la base des résultats d’hier. Mais ce que l’on constate, c’est que la dynamique électorale est favorable à la Nupes. La stratégie d’avoir présenté un candidat unique dans la quasi-totalité des circonscriptions, avec des dissidences qui ont peu fonctionné, était la bonne. La gauche devrait être dans 450 à 500 duels au second tour."

"Plus de 25 millions d’électeurs ne sont pas allés voter"

Bernard Sananès, président de l’institut de sondage Elabe, sur RMC:

"L'abstention (52,49%), c’est historique, c’est supérieur à 2017. Le record est à nouveau battu. Plus de 25 millions d’électeurs ne sont pas allés voter. C’est deux fois qu’à l’élection présidentielle. Un grand nombre d’électeurs estiment avoir fait leur devoir électoral au moment de l’élection présidentielle, parce que c’est l’élection centrale. La campagne n’a pas été dynamique, les médias en ont peu parlé. Enfin, on le sait, les Français connaissent mal le travail de leurs députés et l’interdiction des cumuls a cassé un peu le lien plus personnel qui existait entre les citoyens et les députés."

Alexis Corbière et Stanislas Guérini sur RMC

Alexis Corbière, réélu député avec la Nupes, est l'invité d'"Apolline Matin" à 7h40 sur RMC. Stanislas Guérini, ministre de Transformation et de la Fonction publiques, en lice pour le deuxième tour des législatives, sera lui face à Apolline de Malherbe à 8h35 sur RMC et BFMTV.

>> Ecoutez RMC en direct

"Ensemble!" finalement en tête avec 21.442 voix d'écart

Les candidats de la majorité ont finalement terminé en première position du scrutin en terme de nombre de voix devant ceux de de la Nupes, quasiment a égalité avec respectivement 25.75% des suffrages exprimés et 25.66% selon les résultats définitifs du ministère de l'Intérieur.

Retrouvez ici la liste des résultats définitifs.

Quatre élus NUPES dès ce soir

En plus d'Alexis Corbière et Danièle Obono, Sophia Chikirou dans la sixième circonscription de Paris avec 53,74 % des suffrages et Sarah Legrain dans la 16e circonscription de la capitale avec 56,51 % des voix.

Il y a donc quatre élus NUPES ce soir, contre un élu Ensemble (Yannick Favennec en Mayenne).

Alerte info

Les résultats définitifs : NUPES et "Ensemble" à égalité

Le ministère de l'Intérieur a publié les résulats définitifs sur toute la France, en termes de rapports de force. Ensemble et la NUPES sont presque à égalité avec respectivement 25,75 % et 25,66 % des voix soit 21.442 voix d'écart selon le ministère de l'Intérieur. Les deux mouvements majoritaires devancent le Rassemblement national (18,68 %) et l'alliance entre les Républicains et l'UDI (11,29 %).

Alerte info

Elisabeth Borne: "ne jamais donner une voix à l'extrême-droite"

Après un grand moment de flottement de la soirée sur la ligne qui sera décidée par "Ensemble" en cas de duels entre le RN et la NUPES, Elisabeth Borne a clarifié cette décision en réponse à une interpellation de Fabien Roussel.

"Notre ligne : ne jamais donner une voix à l'extrême-droite", tweete la Première ministre.

Manuel Bompard largement en tête à Marseille

Le bras droit de Jean-Luc Mélenchon, Manuel Bompard, arrive largement en tête dans la quatrième circonscription des Bouches-du-Rhône à Marseille avec 56,04% des voix. Avec un fort taux d'abstention, il n'est pas élu au premier tour et fera face à Najat Akodad (Ensemble / 14,88 %) au second tour.

Danielle Simonnet et Lamia El Aaraje: duel à gauche à Paris

Le duel a gacuhe a eu lieu dans la 15e circonscription de Paris. La candidate NUPES Danielle Simonnet arrive largement en tête, mais rate de peu l'élection dès le premier tour, avec 47,11 % des voix. Face à elle, la dissidente Lamia El Aaraje avec 17,87 % des voix est qualifiée au second tour.

Alerte info

Alexis Corbière et Danièle Obono élus dès le premier tour

Le candidat NUPES LFI Alexis Corbière est élu dès le premier tour dans la septième circonscription de Seine-Saint-Denis avec 62,94 % des voix.

A Paris, dans la 17ème circonscription, Danièle Obono est élue aussi dès le premier tour avec 57,07 % des voix et 26,01 % des inscrits.

Attal et Véran très largement en tête mais pas élus au premier tour

Ce sont les deux ministres-candidats qui pouvaient le plus être élus dès le premier tour. Gabriel Attal et Olivier Véran sont tous deux retombés en-dessous de la barre des 50%. Qualifiés en balottage très favorables, il ne sont pas élus au premier tour.

Gabriel Attal dans la dixième circonscription des Hauts-de-Seine obtient 48,06 % des voix et sera opposé à la candidate NUPES Cécile Soubelet (30,75 %).

Dans la première circonscription de l'Isère, Olivier Véran est en tête avec 40,5 % des voix devant la candidate NUPES Salomé Robin (36,86 %).

Élisabeth Borne en déplacement dans sa circonscription ce lundi

D'après les informations de Paul Barcelonne du service politique de RMC, Élisabeth Borne sera de retour dans sa circonscription du Calvados cette nuit avant d'être en déplacement de campagne, ce lundi matin, dans une imprimerie.

Elle réunira par la suite les candidats "Ensemble !" qualifiés pour le second tour des législatives.

Une majorité absolue qui ne tient plus qu'à un fil

D'après la dernière projection Elabe pour BFMTV et RMC en termes de sièges, le scénario le plus probalbe est qu'"Ensemble" n'ait pas de majorité absolue à l'Assemblée Nationale, avec 260 à 295 sièges. La majorité absolue est fixée à 289 sièges.

L'ancienne ministre Emmanuelle Wargon éliminée dès le premier tour dans le Val-de-Marne

Dans la huitième circonscription du Val-de-Marne, l'ancienne ministre Emmanuelle Wargon est éliminée dès le premier tour (18,93 %) . Elle est devancée par le LR Michel Herbillon (37,48 %) et le NUPES Erik Pagès (28,16 %).

Alerte info

Elisabeth Borne en tête dans le Calvados

La Première ministre arrive en tête dans la sixième circonscritpion du Calvados avec 34,32%, en ballotage avec la candidate NUPES Noé Gauchard (24,53 %).

Richard Ferrand au coude-à-coude avec la NUPES

Le président de l'Assemblée nationale, Richard Ferrand (Ensemble), candidat sortant (33,56 %) est au coude-à-coude avec la candidate NUPES Mélanie Thomin (31,16 %) dans la sixième circonscription du Finistère.

Gérald Darmanin en ballottage favorable dans le Nord

Dans la dixième circonscription du Nord, le ministre de l'Intérieur Gérald Darmainin est qualifié pour le second tour, en tête (39,11 %) devant la candidate NUPES Leslie Mortreux (23,09 %).

Brigitte Bourguignon en tête

Ministre de la Santé, Brigitte Bourguignon arrive en tête dans la 6e circonscription du Pas-de-Calais, avec 32,1% des voix. La candidate du RN, Christine Engrand, est juste derrière (30,33%).

Franck Riester en tête

Ministre délégué chargé du commerce extérieur et de l'attractivité, Franck Riester arrive en tête dans la 5e circonscription de Seine-et-Marne, avec 29,27% des voix. François Lenormand (RN) est deuxième, avec 25,41% des voix.

Gabriel Attal et Olivier Véran très largements en tête

Selon des résultats très partiels (57% des bulletins dépouillés), Gabriel Attal est très largement en tête dans la dixième circonscription des Hauts-de-Seine (50,32 %), devant la candidate NUPES/PS Cécile Soubelet (28,5 %) Reste à savoir s'il sera élu dès le premier tour, selon les dépouillages à venir et le taux de participation (55,95 % dans cette circonscription).

Même chose pour Olivier Véran dans la première circonscription de l'Isère, en tête avec 49,15 % des voix à 47% des bulletins dépouillés. Étant donné la participation, s'il passe la barre des 50 % il pourrait être élu dès le premier tour.

Alerte info

Tous les résultats du premier tour des législatives

>> Découvrez tous les résultats, dans toutes les circonscriptions, du premier tour des élections législatives, avec BFMTV-RMC.

Christophe Castaner en tête

L'ancien ministre de l'Intérieur, Christophe Castaner, est en tête dans la deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence avec 30,16 %, d'une courte tête, devant le NUPES Léo Walter 29,30 %.

Un premier député élu dans la nouvelle assemblée

Le député sortant Ensemble/Horizons Yannick Favennec est réélu dans la troisième circonscription de la Mayenne (53) avec 57,13% des voix et 26,49% des inscrits.

Alerte info

Eric Zemmour éliminé au premier tour

L'ancien candidat à la présidentielle Eric Zemmour est éliminé (23,19 %) au premier tour dans la quatrième circonscription du Var, à près de 800 voix du candidat RN Philippe Lottiaux (24,74 %).

C'est le candidat "Ensemble" Sereine Mauborgne qui est en tête (28,51 %) dans cette circonscription.

Autres têtes d'affiche "Reconquête" en lice, Guillaume Peltier, député sortant, est aussi éliminé dès le premier tour (13,99 %) tout comme Stanislas Rigault, quatrième dans sa circonscription (10,54 %).

Le boulanger du Doubs Stéphane Ravacley en tête au premier tour

Dans la deuxième circonscription du Doubs, Stéphane Ravacley, boulanger, candidat sous l'étiquette NUPES, arrive en tête avec 32,51 % des suffrages devant le candidat "Ensemble !", Eric Alauzet, avec 31,36 %.

Alerte info

Elisabeth Borne veut "une majorité forte et claire" pour "défendre nos valeurs"

La Première ministre Elisabeth Borne, en tête dans le Calvados:

"Nous sommes la seule force politique en mesure d’obtenir la majorité. Nous avons une semaine pour convaincre, pour obtenir une majorité forte et claire. (…) Nous ne pouvons pas prendre le risque de l’instabilité et des approximations. (…) Ce sont nos valeurs qui sont en jeu, la liberté, l’égalité et la laïcité. Ce premier tour montre que nous ne devons jamais cesser de les défendre. Nous avons une confusion inédite face aux extrémismes. Nous ne céderons rien. (…) La République, ce n’est pas insulter les forces de l’ordre, ni monter les citoyens les uns contre les autres. (…) Nous avons besoin d’un majorité forte et engagée."

Ensemble en légère baisse dans la projection Elabe

Dans la projection actualisée d'Elabe pour BFMTV-RMC-L'Express-SFR, Ensemble obtiendrait 260 à 300 sièges, soit une légère baisse par rapport aux estimations données à 20h. Nupes ne bouge pas (170 à 220 sièges), LR et l'UDI progressent (43 à 63 sièges).

Damien Abad en tête au 1er tour

Ministre des Solidarités, Damien Abad est en tête au 1er tour dans la 5e circonscription de l’Ain, avec 33,38% des voix. Florence Pisani, candidate de la Nupes, est deuxième avec 23,54%.

Marc Fesneau en tête au 1er tour

Marc Fesneau, ministre de l’Agriculture, est en tête au 1er tour dans la 1ère circonscription du Loir-et-Cher, avec 31,97% des voix. Reda Belkadi (Nupes) est deuxième avec 24,31%.

Alerte info

Jean-Michel Blanquer est éliminé

L'ancien ministre de l'Éducation Nationale Jean-Michel Blanquer est éliminé dans la quatrième circonscription du Loiret (45) avec 18,89 %

Le RN arrive en tête avec 31,45% devant la NUPES (19,43 %)

Eric Zemmour au bord de l'élimination au 1er tour

Ancien candidat à l'élection présidentielle, Eric Zemmour est au bord de l'élimination au 1er tour dans la 4e circonscription du Var. Il est troisième à 83% du dépouillement. Il a repoussé sa prise de parole.

Alerte info

Marine Le Pen: "Ne pas choisir" entre Ensemble et Nupes

En cas de duel entre "Ensemble !" et la Nupes, Marine Le Pen appelle ses électeurs à "ne pas choisir" entre les deux forces politiques.

Alerte info

Jean-Luc Mélenchon : "J'appelle notre peuple à déferler dimanche prochain avec votre bulletin de vote"

"L'Union populaire arrive en tête, sera présente dans plus de 500 circonscriptions", annonce avec "émotion" Jean-Luc Mélenchon qui dénonce "les projections en sièges n'ont à peu près aucun sens si ce n'est maintenir une illusion".

"Le parti présidentiel est battu et défait. Pour la première fois, un président nouvellement élu n'arrive pas à obtenir une majorité à l'Assemblée nationale. J'appelle notre peuple à déferler dimanche prochain pour rejeter définitivement les projets funestes de la majorité de Monsieur Macron."

Marine Le Pen voit "un groupe très important"

Marine Le Pen juge "possible d'envoyer un groupe très important" du RN à l'Assemblée.

Marine Le Pen demande "un effort" pour le second tour

Marine Le Pen est en tête dans le Pas-de-Calais (11e circo.), avec plus de 55% des voix. Mais la candidate du RN ne serait pas élue dès le premier tour en raison du taux de participation. Elle demande donc "un effort" à ses électeurs pour dimanche prochain.

Olivier Dussopt en tête en Ardèche

C’est l’un des premiers résultats pour les ministres. Olivier Dussopt, ministre du Travail, arrive en tête au 1er tour dans la 2e circonscription de l’Ardèche, avec 29,97% des suffrages.

Clément Beaune sur RMC-BFMTV: "Un nombre de sièges beaucoup plus élevé (que la Nupes)"

"Nous sommes une majorité sortante. Disons-le objectivement, c’est moins facile. On a un nombre de sièges beaucoup plus élevé (que la Nupes) selon les estimations. Jean-Luc Mélenchon ne sera ni élu, ni Premier ministre."

Alerte info

Elections législatives: la majorité pour Ensemble selon la première projection

Selon la première projection de sièges d’Elabe pour BFMTV, RMC et L’Express, Ensemble garderait la majorité à l’Assemblée nationale avec 270 à 310 sièges. La Nupes obtiendrait 170 à 220 sièges. Contrairement à 2017, Emmanuel Macron n'aura peut-être pas de majorité absolue à l'Assemblée nationale.

Les Républicains et l'UDI arriveraient à 33 à 53 sièges, le Rassemblement national à 15 à 30 sièges. Reconquête pourrait n'avoir qu'un seul siège, au mieux.

Alerte info

Elections législatives : la Nupes en tête au premier tour

La Nupes, l’alliance de la gauche portée par Jean-Luc Mélenchon, arrive en tête au niveau national au premier tour des élections législatives ce dimanche selon la première estimation Elabe pour BFMTV, RMC et L’Express, avec 26,2%. Ensemble (Renaissance ex-LREM, Modem, Horizon), le parti pour la majorité présidentielle, est deuxième avec 25,8%. Le Rassemblement national est troisième avec 19,1%.

Dix minutes avant les premières estimations

A 20h, les premières estimations seront données, avec les pourcentages au 1er tour pour les différents partis et la projection en sièges à l'Assemblée nationale.

Le dépouillement en cours à Vire

A la mairie de Vire, dans la 6e circonscription du Calvados où se présente la Première ministre Elisabeth Borne, le dépouillement est en cours. Comme dans la plupart des bureaux de vote en France.

Soirée spéciale sur RMC

Rendez-vous de 19h45 à 21h ce dimanche soir sur RMC pour la soirée spéciale à l'occasion du premier tour des élections législatives, avec Apolline de Malherbe et Maxime Switek.

>> Ecoutez RMC en direct

Législatives: soirée spéciale sur RMC
Législatives: soirée spéciale sur RMC © RMC

Arthur Germain, le fils d'Anne Hidalgo, met en scène son abstention

Arthur Germain, le fils d'Anne Hidalgo, qui avait expliqué sur RMC pourquoi il n'avait pas voté pour elle au premier tour de l'élection présidentielle, met en scène son absention aux législatives ce dimanche. Sur Twitter, il poste une photo de lui mettant son bulletin dans une poubelle. "N'a pas voté", écrit l'aventurier, ajoutant: "Quand changer les règles du jeu ne suffit plus, c'est le jeu qu'il faut changer".

Comment se qualifier pour le second tour?

Dans chaque circonscription, les deux premiers du scrutin au premier tour sont qualifiés pour le second tour. Pour que les candidats qui n'ont pas terminé dans ce duo de tête soient qualifiés, ils doivent atteindre la barre de 12,5% des électeurs inscrits (et non pas des votants).

Avec la forte abstention de ce dimanche soir, le nombre de triangulaires, quandrangulaires ou plus risque d'être faible voire nul. En 2017, il n'y avait eu qu'une seule triangulaire, avec une abstention comparable, là où elles pouvaient se compter en plusieurs dizaines auparavant.

Être élu dès ce dimanche soir est aussi possible. Pour cela, il faut recueillir plus de 50 % des suffrages représentant au minimum 25 % des électeurs inscrits. Une barre qui semble aussi difficilement atteignable vu la faible participation.

Des bulletins manquants dans plusieurs bureaux de vote

D'après les constatations de notre envoyé spécial sur place, Nicolas Traino, à Saint-Nazaire (Loire-Atlantique, 8e circonscription), il manquait les bulletins de la candidate régionaliste Cecilia Brossard dans plusieurs bureaux de vote.

Pour voter pour elle, les électeurs devaient inscrire son nom ainsi que celui de sa suppléante (en dessous en plus petit) sur papier libre. Plusieurs autres témoignages sur les réseaux sociaux font état de la même chose dans d'autres circonscriptions.

Toujours à Saint-Nazaire, des électeurs sont arrivés après la fermeture du bureau de vote, pensant qu'il fermait à 19h comme lors du scrutin présidentiel. Cette fois-ci, les bureaux fermaient à 18h dans la majorité des villes.

Jean-Luc Mélenchon est arrivé à la soirée électorale de la NUPES

Pas candidat à sa réélection, Jean-Luc Mélenchon est arrivé à la soirée électorale de la NUPES à Paris. Il y tiendra un discours, ce soir.

Marine Le Pen est dans sa circonscription, la 11e du Pas-de-Calais, à Hénin-Beaumont. Elle s'y exprimera entre 21h et 22h, d'après les informations d'Hélène Terzian, du service politique de RMC.

Une abstention croissante aux législatives

Le record d'abstention estimé pour ce soir (52,8 % selon Elabe) est la suite de plusieurs décennies d'augmentation de l'abstention aux législatives, depuis le début de la Ve République, avec des hausses spectaculaires depuis 2017.

RMC vous a préparé un petit graphique pour visualiser cela:

Qui a le plus ou le moins voté à 17h ?

Les bons élèves du jour sont le Lot, les Pyrénées-Atlantiques, la Haute-Vienne, le trio de départements où les électeurs se sont le plus déplacés aux urnes à 17H, pour le premier tour des législatives. Dans le Lot, 52,37 % des électeurs se sont déplaces; ce taux s'élève à 50,42% dans les Pyrénées-Atlantiques et à 48,81% en Haute-Vienne.

À l'inverse, les électeurs de la Seine-Saint-Denis sont à la dernière place du classement des départements qui ont le plus voté. Seulement 27,72% des séquano-dionysien se sont déplacés dans leurs bureaux de vote. C'est le seul département sous la barre des 30%. Juste devant, le Val d'Oise avec 32,04% de participation et la Moselle avec 32,41%.

Alerte info

Estimation Elabe : 52,8% d'abstention

Selon la première projection Elabe pour BFMTV, RMC avec SFR, l'abstention finale s'élève à 52,8 %. C'est 1,5 point de plus qu'en 2017 (51,3 %), un record pour le 1er tour des élections législatives.

Alerte info

39,42 % de participation à 17h

Les Français boudent les urnes. La participation à 17h s'élève à 39,42 % selon le ministère de l'Intérieur. C'est 1,33 point de moins qu'en 2017 (40,75 %) et 8,89 pts de moins qu'en 2012 (48,31 %).

Forte mobilisation dans la circonscription d'Elisabeth Borne

Alors que dans la majorité des circonscriptions, la participation et plus faible qu'en 2017, la ville de Vire fait exception. Selon les informations de notre envoyé spécial sur place, Paul Barcelonne, à 12h, la ville du Calvados votait 6 points de plus que la moyenne nationale avec 24,77%. C'est là-bas que la Première ministre Elisabeth Borne se présente pour un siège de députée.

Retour sur les législatives précédentes : 2017

Après l’élection d’Emmanuel Macron, le paysage politique se retrouve bouleversé. Beaucoup de socialistes sont passés à La République en Marche et un Premier ministre issu de la droite juppéiste, Edouard Philippe, est nommé. Un grand pôle central se forme avec 350 députés LREM et Modem. Les Républicains (ex-UMP) restent la deuxième force politique de l’Assemblée mais voient leur nombre de députés dégringoler (194 députés en 2012 à 112 en 2017). Pire qu’en 1993, le PS connaît la pire déroute électorale de son histoire. Le parti qui avait tous les pouvoirs cinq ans avant n’a plus que 30 députés. Une page de l’histoire politique de la France se tourne alors.

Législatives: les candidats de la majorité présidentielle en tête en Nouvelle-Calédonie et à Wallis-et-Futuna

La Nouvelle-Calédonie et Wallis et Futuna, qui avaient largement voté pour Emmanuel Macron lors de l'élection présidentielle, ont confirmé leur soutien au président de la République, à l'occasion du premier tour des législatives.

Dans les deux circonscriptions de Nouvelle-Calédonie, les candidats de la majorité présidentielle sont en tête, sur fond d'abstention record. Moins d'un électeur sur trois s'est déplacé.

Dans la première, le sortant Philippe Dunoyer, qui siégeait dans la précédente mandature dans les rangs de l'UDI avant de rallier Ensemble pour ce scrutin, dépasse les 40%, laissant loin derrière sa principale rivale loyaliste, Virginie Ruffenach (LR), qui ne parvient pas à se qualifier pour le second tour. Elle est devancée par la candidate du FLNKS, Wali Wahetra, qui réalise une percée inattendue et se qualifie pour le second tour dans cette circonscription acquise à la droite, où se trouve Nouméa.

Dans la seconde circonscription, où le député sortant Philippe Gomès (UDI) ne se représentait pas, Nicolas Metzdorf (Ensemble) arrive au coude à coude avec l'indépendantiste Gérard Reignier, qui ne pourra compter que sur une plus forte mobilisation de son camp pour l'emporter. Les deux candidats LR battus ont appelé dimanche à voter pour les candidats de la majorité présidentielle.

A Wallis et Futuna, où sept candidats briguaient le seul siège, Mikaele Seo, candidat de la majorité, au pouvoir dans l'archipel, sera en ballotage favorable face à Etuato Mulikihaamea, soutenu par l'opposition locale. Président de la commission permanente de l'Assemblée territoriale, Seo, proche de Renaissance, était jusqu'alors le suppléant du député sortant, Sylvain Brial qui n'a pas pu se représenter après un grave accident vasculaire cérébral en 2019.

Avec seulement 226 voix de retard sur son adversaire, Etuato Mulikihaamea, 55 ans, est un novice en politique, jusqu'alors connu à Wallis et Futuna pour son investissement dans le rugby et le sport en général. Il est président du Comité territorial olympique et sportif. Dans ce territoire, où l'on a voté à près de 80%, les reports de voix au second tour sont difficiles à anticiper compte tenu de l'importance des liens familiaux et coutumiers, au-delà des étiquettes politiques.

Retour sur les législatives précédentes : 2012

En 2012, François Hollande a battu Nicolas Sarkozy à l’élection présidentielle. La gauche, en plein état de grâce après la victoire du candidat socialiste, obtient une large majorité absolue avec 331 députés, inversant le rapport de force de 2007.

Le portrait-robot des candidats

C’est un homme, il a 49 ans, il est cadre et s’appelle Philippe. Tel est le portrait-robot du candidat moyen aux élections législatives. Les explications de Nicolas Poincaré dans notre article.

Retour sur les législatives précédentes : 2007

Après la victoire de Nicolas Sarkozy en mai, le mois de juin voit une nouvelle Assemblée nationale à majorité UMP élue. La “vague bleue” que les médias avaient prédit est toutefois moins forte que prévue, à cause d’un retournement entre les deux tours des législatives et de la polémique de la “TVA sociale”, lancée par le ministre des Finances, Jean-Louis Borloo. De 398, la majorité présidentielle passe à 345 députés. Une large majorité absolue, mais qui déçoit la droite à l’époque. 

Retour sur les législatives précédentes : 2002

Avec l’apparition du quinquennat et l’inversion du calendrier électoral, les élections législatives ont lieu quelques semaines après la présidentielle qui a vu Jacques Chirac s’imposer largement face à Jean-Marie Le Pen. Après la déroute de la gauche à la présidentielle, aucune éclaircie en vue aux législatives. Une vague “UMP”, le nouveau parti de la majorité, déferle sur l’Assemblée nationale. 340 députés de droite décrochent un siège pour cette nouvelle législature.

Retour sur les législatives précédentes : 1997

Jacques Chirac, élu en 1995, ne dissout pas l’Assemblée nationale à son arrivée à l’Élysée. Mais après deux années difficiles au pouvoir, marquées par les plus grandes grèves depuis 1968 et une cote de popularité en baisse pour le duo Juppé à Matignon/Chirac à l’Élysée, le président de la République tente, sur le conseil de Jean-Louis Debré, un coup de poker qui s’avérera perdant. Une dissolution. La gauche unie, dite “gauche plurielle”, obtient 309 sièges. Lionel Jospin entre à Matignon, la France dans sa troisième cohabitation de la cinquième République.

Emmanuel Macron a voté

Accompagné de Brigitte Macron, son épouse, le président de la République a voté au Touquet.

Alerte info

Un taux de participation en baisse à midi

Selon le ministère de l'Intérieur, le taux de participation à midi s'élève à 18,43%. Un chiffre en baisse de 0.8 point par rapport à 2017 (19,24%). Elle est aussi en nette baisse par rapport au premier tour de la présidentielle 2022, où elle atteignait 25,48% à midi. La participation est en revanche largement supérieure à celle des élections départementales et régionales de 2021 à midi (12,22%).

Retour sur les législatives précédentes : 1993

Cinq ans après la courte victoire de la gauche, 1993 est le théâtre de la plus grande déroute socialiste de l’histoire (jusqu’en 2017). Avec seulement 57 députés socialistes, le toujours président Mitterrand, en poste depuis 12 ans déjà, se retrouve en position de cohabitation pour la deuxième fois après 1986 et la victoire de la droite. Jacques Chirac refusera Matignon, où Edouard Balladur sera nommé pour deux ans.

Marine Le Pen et Mélenchon ont voté

Marine Le Pen a voté à Hénin-Beaumont. Presque au même moment, Jean-Luc Mélenchon a déposé son bulletin dans l'urne à Marseille.

Retour sur les législatives précédentes : 1988

En 1988, après l’expérience, deux ans plus tôt, d’un scrutin proportionnel, les élections législatives reviennent au format habituel d’un scrutin classique uninominal à deux tours. François Mitterrand réélu dissout l’Assemblée nationale et obtient une majorité relative et non absolue avec seulement 275 sièges pour les socialistes. Le nouveau Premier ministre Michel Rocard devra alors composer avec les oppositions les plus proches et fera usage d’une manière frénétique de l’article 49-3 de la Constitution qui permet de passer une loi en force à défaut d’un renversement du gouvernement.

Les circonscriptions à surveiller

Des ministres, des personnalités politiques et médiatiques… Voici les principales circonscriptions à surveiller pour ces législatives.

Un député, à quoi ça sert ?

Voter les lois, contrôler voire renverser le gouvernement… les missions d’un député sont très strictes. Notre article vous explique le rôle que vont avoir les personnes pour qui vous allez voter ce dimanche.

Émissions spéciales sur RMC

Rendez-vous sur RMC pour ce premier tour des élections législatives ! Avec une soirée spéciale ce dimanche, de 19h45 à 21h, en compagnie d’Apolline de Malherbe et Maxime Switek. Puis des émissions spéciales ce lundi matin, dans "Charles Matin" (4h30-6h), "Apolline Matin" et "L’Interview" (6h-9h), ainsi que "Les Grandes Gueules" (9h-12h).

Saint-Pierre et Miquelon: une participation en recul

Le député LREM sortant Stéphane Claireaux, ne se représentait pas. Le second tour opposera le candidat du mouvement local Archipel Demain, Stéphane Lenormand à Olivier Gaston proche du parti de la France Insoumise de Jean-Luc Mélenchon. Là aussi le taux de participation est en recul avec 53,47% d'inscrits à s'être déplacés contre 59,47% en 2017.

Saint-Barthélemy et Saint-Martin: Guion-Firmin éliminée

La député sortante LR Claire Javois Guion-Firmin est éliminée dès le premier tour. Le deuxième tour opposera le centriste Frantz Gumbs, ancien président de la Collectivité de Saint-Martin de 2009 à 2012 et actuel second vice-président de la majorité territoriale, au Divers droite Daniel Gibbs, ancien député de 2012 à 2017 et président de la Collectivité de Saint-Martin de 2017 à 2022. Le taux de participation est très faible, il ne s'élève qu'à 21,25% contre 24,02% en 2017.

Guyane: Adam face à Rimane

Le député macroniste sortant, Lénaïck Adam est en ballotage favorable face au syndicaliste Davy Rimane, membre de l'Union des Travailleurs Guyanais.

Dans la première circonscription, dont Gabriel Serville (député GDR 2012-2021) avait démissionné pour prendre la tête de la collectivité de Guyane, Yvane Goua, figure du milieu associatif, et porte-parole du collectif Trop Violans, né des remous des manifestations de 2017, affrontera Jean-Victor Castor membre du Mouvement de décolonisation et d'émancipation sociale. Le taux de participation est légèrement en hausse.

Martinique: Nilor en tête

Lors de ce premier tour marqué par une forte abstention dans les quatre circonscriptions, avec une participation de 21,37%, contre 26% en 2017, le seul député sortant à se représenter, Jean-Philippe Nilor (Gauche démocratique et républicaine), a été mis en ballotage par l'ancien président de la collectivité territoriale, Alfred Marie-Jeanne, 85 ans, son ancien mentor.

Le deuxième tour verra s'affronter dans deux autres circonscriptions un parti d'extrême gauche Peyi-A, et Gran sanble pou matinik, la coalition menée par le Mim, le mouvement indépendant Martiniquais d'Alfred Marie Jeanne, tandis que dans la circonscription de Fort-de-France un candidat soutenu par le Parti progressiste Martiniquais, créé par Aimé Césaire est en ballotage face à un candidat Gran sanble pou matinik.

Guadeloupe: Bénin en ballotage favorable, abstention record dans les Antilles

La Secrétaire d'Etat chargée de la mer, Justine Bénin, est en ballotage à l'issue du premier tour des élections législatives, marqué par une abstention record dans les Antilles comme à Saint-Pierre-et Miquelon.

Sur les 4 circonscriptions de la Guadeloupe, deux députés sortants sont en ballotage favorable: Justine Bénin (2è circ.), qui joue son poste de Secrétaire d'Etat chargée de la Mer au gouvernement, s'opposera au second tour au candidat de la Nupes Christian Baptiste, et Olivier Serva (1è circ.), récemment démissionnaire de la majorité présidentielle.

La 3e circonscription crée la surprise en mettant en tête le leader local du RN, Rody Tolassy, devant le député sortant Max Mathiasin, apparenté Modem. Au second tour de l'élection présidentielle, Marine Le Pen avait obtenu presque 70% des suffrages en Guadeloupe.

Dans la 4e circonscription, le candidat soutenu par le PS, Elie Califer, maire de la commune de Saint-Claude devance Marie-Luce Penchard, ministre des Outre-mer de Nicolas Sarkozy, soutenue dans cette élection par Renaissance. La participation a été faible (25,31%, contre 25,60% au 1er tour en 2017).

Edouard Philippe a voté

L'ancien Premier ministre Edouard Philippe a déjà voté. Le maire du Havre a déposé son bulletin de vote à l'école maternelle Anselot.

Mode d’emploi du scrutin

Dates du scrutin, candidats, campagne officielle, règle du scrutin, prise de fonction… découvrez le mode d’emploi de ces élections législatives dans notre article.

La crainte d’une abstention record

Selon les derniers sondages, l’abstention au premier tour de ces législatives pourrait approcher les 54%. En 2017, au premier tour des législatives 2017, elle avait été de 51,3%. Et au second tour, de 57,36%.

Les bureaux de vote sont ouverts

Les 66.500 bureaux de vote viennent d’ouvrir, partout en France, à 8h ce dimanche. Les électeurs ont jusqu’à 18h pour se prononcer, sauf dans les grandes villes où il est possible de voter jusqu’à 19h ou 20h.

Premier tour des élections législatives

C’est le jour J pour les élections législatives. Les Français sont appelés à voter pour le premier tour ce dimanche (12 juin), avant de retourner aux urnes dès dimanche prochain pour le second tour (19 juin). A l’issue du scrutin, 577 députés seront élus pour un mandat de cinq ans à l’Assemblée nationale. Qui aura la majorité ? C’est l’enjeu primordial de ces législatives. Emmanuel Macron, qui a été réélu président de la République en avril, souhaite évidemment obtenir la majorité pour gouverner, comme lors de son premier mandat. Mais ses rivaux visent également le maximum de sièges au Palais Bourbon.

Contrairement à l’élection présidentielle, la gauche s’est alliée, sous la bannière Nupes (Nouvelle union populaire écologique et sociale). Jean-Luc Mélenchon, éliminé aux portes du second tour à la présidentielle, a annoncé son objectif de devenir Premier ministre si les partis de gauche décrochent la majorité. A droite, LR va tenter de limiter la casse. Le Rassemblement national, avec notamment Marine Le Pen candidate à sa réélection dans la 11e circonscription du Pas-de-Calais, espèrent au moins 60 députés. Pour Reconquête et Eric Zemmour, ça s’annonce beaucoup plus compliqué d’envoyer des représentants à l’Assemblée nationale.

Laurent Picat, Maxime Martinez, James Abbott