RMC

Les cantonales, ça ne sert à rien !

« Le Parti pris » d'Hervé Gattegno, c'est tous les matins à 7h50 sur RMC du lundi au vendredi.

« Le Parti pris » d'Hervé Gattegno, c'est tous les matins à 7h50 sur RMC du lundi au vendredi. - -

Personne ne se soucie des cantonales qui auront lieu les 20 et 27 mars. Personne, et surtout pas les partis politiques qui voudraient que ça passe inaperçu. L'explication est simple : c'est une élection qui ne sert à rien !

C'est l'élection la moins intéressante de France... Il ne faut pas culpabiliser de ne pas être passionné par les cantonales car, même dans les partis politiques, on ne sent pas beaucoup d'enthousiasme. A part ceux qui sont eux-mêmes candidats, tout le monde s'en fout. Il n'y a pas d'enjeu national, peu d'enjeu local, et aussi, il faut le dire, de plus en plus d'écart entre la forme géographique du département et sa représentation politique.

Oui mais les Français restent encore très attachés à leur département ?

C'est vrai, il y a régulièrement des sondages qui le montrent, et quand il a été question de supprimer les numéros de département sur les plaques minéralogique des voitures, cela a créé un tollé. En même temps, les départements sont très endettés, ce que les habitants ne savent pas, même si ça a une influence directe sur la taxe foncière. Le plus souvent, ils ne connaissent pas le nom de celui ou de celle qui préside leur Conseil général - surtout "celui" d'ailleurs-, car il n'y a que cinq femmes qui président des départements en France.

N’y-a-t-il pas une loi sur la parité ?

Si, mais 87 % d'élus dans les conseils généraux sont des hommes, un signe de plus de la ringardise de cette institution. En fait, je ne crois pas que le système de vote par canton favorise le patriotisme départemental. Combien d'électeurs connaissent vraiment les limites de leur canton, et qui est capable de distinguer les compétences de la ville, de la région, et du département ?

Devrait-on supprimer le département ?

Tout le monde le pense ! Mais personne ne le fait. C'était l'idée de la commission Attali, les élus ont protesté. Le comité Balladur a proposé plutôt de diminuer le nombre de régions. Finalement le gouvernement n'a fait ni l'un ni l'autre. Il a créé les conseillers territoriaux qui remplaceront, à partir de 2014, les élus des départements et des régions. Il paraît que c'est une économie... Il y aura 3 000 élus au lieu des 6 000 actuels, mais on gardera bien les hôtels de région et de département, les services ou les voitures des deux collectivité, et les membres du personnel, qui pour beaucoup sont des fonctionnaires que l'État a obligé les régions et les départements à récupérer, puisqu'il ne peut plus les payer... C'est ce qu'on appelle faire des économies !

Mais il y a quand même une signification politique aux cantonales, c'est une élection nationale : est-ce que le PS peut profiter de l'impopularité de Sarkozy ?

Évidement mais la gauche détient déjà 58 départements et les experts ne voient que 6 ou 7 départements qui pourraient basculer... Il y a évidement l'enjeu du Sénat qui pourrait passer à gauche si le PS l'emporte largement, mais personne n'y croit vraiment. En fait, tout le monde mise, sans le dire, sur abstention qui favorise les sortants et dont on espère qu'elle pourrait limiter la présence du FN au second tour...

Hervé Gattegno