RMC

Macron à Hénin-Beaumont: "On a quelqu'un qui s'invite, qui ne vient même pas voir la population"

Emmanuel Macron à Lille, le 14 janvier 2017.

Emmanuel Macron à Lille, le 14 janvier 2017. - François Lo Presti - AFP

Emmanuel Macron était vendredi à Hénin-Beaumont et dans le bassin minier du Nord, où il lancé que "l’alcoolisme et le tabagisme se sont peu à peu installés". Une sortie qui ne passe pas pour l'élue d'EELV Marine Tondelier, qui a égratigné le leader du mouvement "En Marche!" sur Facebook.

"A Hénin-Beaumont, on a pris l'habitude d'être une ville symbole du Front national et dans laquelle un certain nombre de politiques viennent faire un pèlerinage au moment des élections. La plupart du temps, ce sont des politiques qui sont invités par des militants locaux. Là on a quelqu'un qui s'invite, qui ne vient même pas voir la population. Il ne met pas un pied sur le marché, alors que le vendredi c'est le jour du grand marché. Il n'est pas venu rencontrer la population, il est venu dans un endroit très spécifique, d'où il a profité pour déclamer des vérités générales.

"Il est mal à l'aise de n'avoir rien fait"

Qu'il vienne, ça nous fait sourire. On voit que c'est la campagne, que le défilé des personnalités va commencer. Quand j'ai vu ce titre de l'Avenir de l'Artois où il explique que le tabagisme et l'alcoolisme ravagent les bassins miniers, on ne va pas dire que c'est faux, qu'il n'y a ni problème d'alcool ni problème de tabac. Il y en a partout en France, mais ce n'est pas le seul problème de santé publique du territoire.

Ce dont il ne s'est toujours pas rendu compte, et il persiste et signe, c'est que c'est extrêmement stigmatisant de dire ça et de pointer ça du doigt. C'est une vision très moralisatrice de la santé. En général quand on parle de l'alcool et du tabac, c'est sous-entendu que c'est la faute des gens, qui adoptent des comportements à risque. Mais il y a tout le reste, et tout le reste il n'en parle pas, sûrement parce qu'il est mal à l'aise de n'avoir rien fait sur ces autres sujets.

Aujourd'hui, les politiques qu'il a prolongé sans jamais les remettre en cause font que les gens vont mal au niveau de la santé et ce n'est pas juste un problème d'alcoolémie et de tabagisme. Outre que c'est méprisant, en plus c'est un peu dénaturer la réalité."
Propos recueillis par Florian Huvier