RMC

Marine Le Pen veut "éradiquer toute immigration bactérienne": "C'est scandaleux"

Marine Le Pen en déplacement

Marine Le Pen en déplacement - GEORGES GOBET / AFP

REPORTAGE - Une proposition, "éradiquer toute immigration bactérienne", du projet en matière de santé de Marine Le Pen pour les régionales en Nord-Pas-de-Calais-Picardie a suscité mardi l'indignation de ses adversaires. Sur le fond, le FN assume cette proposition choc, au grand dam des autres partis.

Le Front National veut "éradiquer toute immigration bactérienne" à Calais ! Dans un article de La Voix du Nord paru ce mardi, un cahier spécial sur "Les propositions des candidats aux régionales pour la santé et l’environnement", la présidente du FN et tête de liste dans la région Nord-Pas-de-Calais-Picardie, Marine Le Pen, indique vouloir "dénoncer et éradiquer toute immigration bactérienne".

"C'est franchement honteux"

Une coquille, une erreur, un simple lapsus, une formulation étrange… Marine Le Pen comme Sébastien Chenu, tête de liste FN dans la Somme, l'assurent ils voulaient "d'épidémie bactérienne". Mais sur le fond, ils assument. "Sur la forme, il s'agit d'un copié-collé qui ne reprend pas le terme exact, assure Sébastien Chenu sur RMC. Le terme exact sera dans le programme du FN qui sera présenté en fin de semaine par Marine Le Pen. Il n'en est pas moins vrai qu'il existe une problématique sanitaire dans les camps de migrants à Calais".

"Les riverains sont eux-mêmes très inquiets", ajoute-t-il. Des propos qui font bondir la maire Les Républicains de Calais, Natacha Bouchart: "Dans le degré d'horreur d'annonces de Mme Le Pen, je crois que celle-là a la palme d'or. Jusqu'où va-t-elle aller? Moi ça me rappelle très clairement les camps d'extermination, la condamnation des juifs, les chambres à gaz… C'est franchement honteux, scandaleux et condamnable".

"Ce n'est pas un lapsus"

D'autant que ce n'est pas la première fois que le FN évoque cette question de cette manière-là selon Sandrine Rousseau, candidate Europe Ecologie-Les Verts dans la région. "Ce n'est pas un lapsus. Le groupe Front national du Conseil régionale Nord-Pas-de-Calais avait fait une motion où il parlait déjà de contamination, de maladies vénériennes à cause des réfugiés, certifie-t-elle. C'est donc loin d'être un lapsus et d'être un simple copié-collé. C'est profondément et idéologiquement ancré dans leur mouvement. C'est à vomir!"

"Evidemment qu'il y a des maladies mais ce qu'il faut éradiquer, ce sont les maladies qui sévissent dans ces camps-là et non les personnes qui en sont porteuses, poursuit-elle, très remontée. Les traiter de cette manière-là, c'est abject". C'est pourquoi, depuis plusieurs mois, les ONG comme Médecins du monde réclament de meilleures conditions de vie et d'hygiène pour les migrants, pour les protéger de tous risques infectieux.

M.R avec Jean-Baptiste Durand