RMC

Meeting d'Emmanuel Macron: "Il prépare un autre chemin" en vue de 2017

Alors qu'Emmanuel Macron tient ce mardi soir son premier meeting à Paris, Gérard Collomb, le sénateur-maire PS de Lyon, l'un de ses soutiens, a défendu, sur RMC, la stratégie du ministre de l'Economie. Il estime notamment qu'il s'agit "du lancement d'une campagne pour les idées qu'il entend défendre dans les prochains mois".

Emmanuel Macron tient à la salle de la Mutualité de Paris ce mardi soir le premier meeting de son mouvement, "En marche !". Un peu plus de trois mois après son lancement en fanfare, le 6 avril dernier, le mouvement du ministre de l'Economie va tenter de trouver un second souffle. En effet l'objectif est clair: il ne s'agit que d'un point d'étape sur ce mouvement qui revendique près de 60 000 adhérents. Car malgré les rumeurs, Emmanuel Macron ne devrait pas profiter de ce meeting pour annoncer son départ du gouvernement ou une possible candidature à la présidentielle.

"C'est le lancement d'une campagne pour les idées qu'il entend défendre au cours des prochains mois, nuance sur RMC Gérard Collomb, sénateur-maire PS de Lyon et l'un de ses principaux soutiens. C'est le lancement d'une campagne parce que je pense qu'il y aura beaucoup de monde et qu'on voit bien, alors que les partis traditionnels ont quelques difficultés à réunir, à rassembler, qu'il y a autour d'Emmanuel Macron beaucoup d'enthousiasme et d'énergie. Je pense que cela redonnera envie de faire de la politique autrement".

"Il est extrêmement déterminé"

Pour autant, ce week-end, en déplacement dans les Pyrénées sur la route du Tour de France, le ministre de l’Economie a multiplié les allusions à ses ambitions présidentielles. "Je ne concours pas pour être maillot blanc ou maillot à pois. Je vise le maillot jaune. Vous connaissez des coureurs qui se satisferaient du maillot blanc?", a-t-il notamment déclaré. S'il ne devrait pas encore faire le grand saut d'une candidature, Gérard Collomb considère qu'Emmanuel Macron "est extrêmement déterminé".

Mais il rappelle que "tout est dépendant des conditions": "Emmanuel Macron regarde à la fois l'état du pays, l'état de ce qu'est la gauche, de ce qu'est le gouvernement aujourd'hui. Est-ce que ce gouvernement peut se ressaisir? Cela paraît difficile. Donc il faut créer une offre politique nouvelle et lorsque ce sera le cas, cela commence ce mardi soir, effectivement, à mon avis, Emmanuel Macron partira du plongeoir et sautera dans le grand bain politique pour présenter les idées qu'il défend depuis quelques mois".

Macron candidat? "Cela dépendra des circonstances"

Dans Bourdin Direct, Gérard Collomb rappelle que le ministre de l'Economie va organiser une université d'été à la fin du mois d'août: "Il y présentera les idées des Français et les siennes. Il travaille en effet sur un plan théorique et en même temps il dépouille les questionnaires rassemblés pour essayer de savoir quelles sont les préoccupations réelles des Français. Et c'est à partir de cela qu'il va produire un livre programmatique". Pour une éventuelle annonce de candidature à la fin de l'été?

"Cela dépendra des circonstances, insiste Gérard Collomb. Si la France s'est redressée pendant les vacances, si François Hollande est en tête dans les sondages, évidemment que l'on n'aura pas besoin d'Emmanuel Macron. Mais si c'est le cas contraire, c’est-à-dire que le président n'arrive toujours pas à décoller, il faudra bien qu'il y ait quelqu'un qui se présente. On ne va pas attendre de constater au mois de décembre que finalement il n'y a pas de candidat crédible. Emmanuel Macron prépare donc un autre chemin".

"Redonner confiance aux Français"

"Il continue sa route jusqu'au moment où l'on dira qu'il est le meilleur candidat, assure encore le sénateur-maire de Lyon. A ce moment-là, tout le monde viendra se rassembler derrière lui. C'est en tout cas ce que nous pensons car le Parti socialiste ne peut pas se permettre la défaite". "C'est un candidat qui pourrait nous permettre de donner un sursaut à ce pays, de redonner confiance aux Français", considère encore ce fidèle du ministre de l'Economie.

Et d'indiquer qu'une éventuelle candidature d'Emmanuel Macron se ferait "en dehors de la primaire car celle-ci renferme. En effet, d'une certaine manière, cela veut dire que l'on est à l'intérieur d'une belle alliance qui pour le moment n'a pas fait ses preuves. On voit bien que cela ne prend pas. Il faut donc aller ailleurs, trouver un autre chemin". Gérard Collomb conclut: "D'ici à la fin août-début septembre, il est clair qu'il y aura des grands rendez-vous pour Emmanuel Macron et qu'à ce moment-là le mouvement qu'il aura fait grandir pendant les vacances sera en position de porter quelque chose de nouveau".