RMC

Meeting de Juppé à Malakoff: "C'est le seul qui ne cherche pas à exciter les foules"

Alain Juppé était en meeting ce samedi à Malakoff

Alain Juppé était en meeting ce samedi à Malakoff - Thomas SAMSON / AFP

REPORTAGE - Ce samedi, lors d'un meeting organisé à Malakoff (Ile-de-France) par "Les jeunes avec Juppé", Alain Juppé, candidat à la primaire de la droite et du centre, a présenté ses propositions pour la jeunesse.

Alain Juppé domine toujours Nicolas Sarkozy au premier tour de la primaire de la droite. Avec 39% des intentions de vote, il le devance de 8 points chez les électeurs se déclarant "certains" d'aller voter, selon un sondage Odoxa-Dentsu Consulting pour le 13H15 de France 2 publié dimanche. Pour autant, l'ancien Premier ministre reste sur ses gardes. Ce samedi, à Malakoff, lors d'un meeting organisé par "Les jeunes avec Juppé", il a notamment mis en garde contre les "manœuvres" de ceux qui veulent "fermer les portes" de la primaire des 20 et 27 novembre prochain. "Plus il y aura de votants et plus j'ai de chance !", a martelé le maire de Bordeaux.

Et dans la salle, Alain Juppé, 71 ans, a été confronté à un véritable choc des générations. En effet, il a l'âge d'être le grand-père de ces jeunes qui se mobilisent pour sa campagne. Alors, pourquoi ces jeunes choisissent Juppé, le plus vieux candidat? Son âge, en tout cas, ne semble pas poser problème, bien au contraire... Ainsi, pour certains de ses jeunes, l’âge du candidat Juppé est un atout: "Il a plus d'expérience que les autres".

"Il fera ce qu'il a à faire"

De l'expérience et la perspective d'un mandat unique... Hugo,21 ans, étudiant en droit à Angers, veut un président qui ne cherche pas à tout prix à être populaire: "Il compte ne faire qu'un seul mandat donc il ne va pas dans l'optique d'être apprécié de tous et de se faire réélire. Il fera ce qu'il a à faire, peu importe ce que cela lui en coûte au niveau de sa popularité et de l'opinion publique".

Pour Anaïs, 20 ans, originaire de Bordeaux, le bulletin Juppé est davantage un compromis. "En fait, je pense que dans les idées, je suis plus de gauche", avance-t-elle. Mais cette étudiante en relations internationales vante le côté rassembleur du candidat: "Il me séduit parce que c'est le seul qui reste calme et stoïque par rapport aux défis actuels. C'est le seul qui ne cherche pas à exciter les foules. On se sent plus rassurés, plus en confiance avec lui en ce moment qu'avec les autres candidats". Bref, plus que le programme politique, c'est davantage l’homme qui fait la différence chez ses jeunes électeurs.

M.R avec Jacques Serais