RMC

Mouvement de Benoît Hamon: "Ce n'est pas encore complètement lisible"

L'ancien candidat socialiste à la présidentielle, Benoît Hamon, a lancé son propre mouvement au mois de juillet, le M1717. Le mouvement revendique 30.000 sympathisants. RMC a rencontré certains d'entre eux dans le 14e arrondissement de Paris.

Benoît Hamon parviendra-t-il à rassembler? Le candidat socialiste à la présidentielle a lancé son propre mouvement en juillet le M1717 (aussi appelé Mouvement du 1er juillet), mouvement qui revendique 30.000 sympathisants et 500 comités sur tout le territoire. D'ici le 20 novembre, ils devront répondre à un grand questionnaire sur la nature, la stratégie et la structure qu'ils souhaitent pour le mouvement. Les résultats seront connus le weekend des 2 et 3 décembre prochains lors d'un grand évènement de fondation du mouvement.

RMC a rencontré des militants du mouvement du 1er juillet dans le 14e arrondissement de Paris. Au départ, ils n'étaient qu'une poignée, aujourd'hui ils sont une cinquantaine de membres actifs dans ce comité. Leur point commun: tous ont soutenu Benoît Hamon pendant la présidentielle et ne se reconnaissent ni dans le parti socialiste, ni dans la France insoumise. "Le PS, je ne vois pas trop ce qu'ils défendent. France Insoumise, ils sont très exclusifs, soit on est avec eux, soit on est contre eux. L'objectif, c'est d'aller chercher les deux millions d'électeurs de Benoît Hamon et de leur dire de nous rejoindre!"

"Une sorte de renaissance politique"

Depuis un mois, ils se réunissent toutes les semaines pour construire ensemble ce nouveau mouvement: "C'est une sorte de renaissance politique, il y a vraiment quelque chose d'actif où j'ai l'impression que je peux être au cœur de ce qui est en train de se construire".

Le problème c'est que pour l'instant, peu de Français en ont entendu parler. "Ils ont plus entendu parler de Benoît Hamon que du mouvement du 1er juillet, c'est encore quelque chose qui n'est pas complètement lisible. Mais il y a un accueil plutôt intéressé", se réjouit .

Tout le mois de novembre, ces militants vont donc multiplier les actions de terrain avec des opérations de tractage sur les marchés parisiens.

Juliette Droz et Bettina de Guglielmo (avec P.B.)