RMC

Municipales: quand les maires de petits villages prennent des cours de self-défense

En 2018, 361 maires et adjoints aux maires ont été agressés. Dans l'Eure, les maires se sont organisés pour prendre des cours de self-défense.

Comment se défendre des agressions des habitants lorsqu'on est maire d'un petit village? En 2018, plus de 361 maires et adjoints ont été agressés en 2018. Dans l'Eure, le comité départemental de karaté et l'association des maires ruraux se sont associés pour monter le premier atelier d'autodéfense destiné aux élus.

RMC a assisté à ce cours qui avait lieu samedi à Tourneville, au nord d'Evreux. Face à l'instructeur, une trentaine de maires et secrétaires de mairie.

Parmi eux, Jean-François Lefebvre, maire du Tremblay-Omonville depuis 2014. Agressé l'année dernière par un habitant, il est venu avec trois objectifs: "J'ai été pris au col par un de mes habitants qui est impulsif et qui était énervé. Parce qu'on avait un problème avec un dépôt de gravillons. Il est venu directement me prendre au col pour me dire que je lui prenais du caillou".

Sous les yeux attentifs d'Hervé, le professeur de karaté, chacun tente de reproduire les gestes d'éloignement, blocages et autres clés de bras. Ce spécialiste du karaté défensif, a concocté un programme dédié aux maires: "Les maires ruraux sont au contact de leurs administrés sans filtre donc on a essayé de travailler sur des réactions de situation dans une distance très courte".

"Je me sens confiant avec ce que j'ai appris"

Au bout de 2 heures de cours, les réflexes commencent à rentrer. Benoit Hennard, maire de Quitteboeuf, agressé une fois lui aussi, a beaucoup appris:

"Je risque de réagir différemment en sachant qu'il faut toujours avoir les mains prêtes à se protéger et à repousser l'individu. Je me sens confiant avec ce que j'ai appris".

A la fin d'une matinée intense, chacun repart avec un diplôme de participation. Benoit Hennard sait déjà où il va l'accrocher: "Je vais peut-être l'afficher dans mon bureau de la mairie, comme ça, ça va dissuader les gens qui sont en colère". Quatre participants se sont déjà inscrits au cours hebdomadaire du comité départemental de karaté.

Valentine Rault