RMC

Municipales: y a-t-il un "phénomène Dati" à Paris?

La candidate LR pour les municipales à Paris, Rachida Dati, a le vent en poupe, portée par une série de sondages favorables. Elle figure en 2e position des intentions de vote derrière Anne Hidalgo, mais devant Benjamin Griveaux et Cédric Villani.

Rachida Dati, maire du VIIe arrondissement de Paris, est dans la course pour tenter de remplacer Anne Hidalgo à la tête de la Capitale. La candidate LR aux municipales à Paris est en deuxième position des intentions de vote selon le dernier sondage Odoxa paru lundi matin.

20% des intentions de vote au premier tour, deux points de plus en une semaine, contre 23% pour la maire sortante Anne Hidalgo. Le candidat En Marche, Benjamin Griveaux arrive seulement en 3e position avec 16%.

Alors y a-t-il un "phénomène Dati" dans la Capitale? Nous avons suivi la candidate mardi lors d'un déplacement dans le nord-est de Paris. Près de la porte d'Aubervilliers.

A la conquête du Nord et de l'Est

Marquer des points dans les quartiers populaires du Nord de Paris, mission périlleuse pour l'ancienne ministre de Nicolas Sarkozy qui n'hésite pas à aller au contact. Sécurité, mobilité, propreté... Rachida Dati joue la carte de l'anti-Hidalgo et ça marche.

"C'est une femme courageuse, c'est un femme dynamique, elle va faire les choses. Hidalgo on n'en veut plus, c'est terminé. Stalingrad (quartier de Paris) c'est dégueulasse", souffle Samia.

"Presque la moitié des maires LR sortants ne la soutiennent pas, c'est donc qu'il y a un problème"

En constante progression dans les sondages, Rachida Dati n'a cependant pas réussi à rassembler dans son propre camp. Le maire de droite historique du XVe arrondissement refuse pour l'instant de la soutenir. Philippe Goujon dénonce le comportement de la tête de liste LR.

"Presque la moitié des maires LR sortants ne la soutiennent pas, c'est donc qu'il y a un problème. Peut-être qu'elle devrait essayer d'écouter, de s'ouvrir. je pense que l'on peut discuter sans s'insulter, la politique ce n'est pas un combat de rue."

Un climat qui risque bien de mettre à mal les chances de victoire de la candidate.

Pierrick Bonno (avec J.A.)