RMC

"On a tout essayé, alors, pourquoi pas?": avec 17% de chômage à Perpignan, les habitants, tentés par le vote RN aux municipales

Perpignan, 122.000 habitants. Et un taux de chômage supérieur à 14%. Battu au second tour, il y a 6 ans, Louis Aliot, candidat RN espère bien prendre sa revanche face notamment au sortant LR. De son côté, la candidate d’EELV est en embuscade.

Dans la ville de Perpignan, l’emploi est l’une des thématiques fortes de cette campagne où le Front National veut tirer son épingle du jeu. Pour certains habitants, "voter Rassemblement national" n’est plus un tabou: "Pour l'instant, on a tout essayé, alors, pourquoi pas?".

Avec 17% de chômage, Louis Aliot le sait, il faut régler le problème de l’emploi et le chef de file du Rassemblement national a des solutions: "Faire venir des entreprises, c’est-à-dire mettre à disponibilité du foncier, à des tarifs très abordables et exonérer de charges fiscales les entreprises qui viendraient s’installer avec des charges moindres évidemment".

"Attirer de nouveaux cadres ou des ingénieurs pour vraiment redynamiser la ville"

Selon Jean-Michel Mérieux, chef d’entreprise dans la restauration, pour régler la question du chômage, il faut faire confiance au maire-sortant, LR, Jean-Marc Pujol: "Il y a 2% de population en plus tous les ans, population sous qualifiée et donc qui entraîne le chômage, je considère que Jean-Marc Pujol a fait le job".

Mais pour la chef de File des verts, Agnès Langevine, qui pourrait jouer les troubles fêtes, la solution, ce sont les emplois liés à l’écologie: "Attirer de nouveaux cadres ou des ingénieurs pour vraiment redynamiser la ville".

D’après les sondages, le leader du Rassemblement national devrait se retrouver au second tour, seule incertitude, le nom de son ou de ses adversaires?

Jean-Wilfrid Forquès (avec C.P.)