RMC

Municipales 2020: des ronds-points à la mairie, la campagne de la liste "gilets jaunes" à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard

Cette semaine, nous parcourons l'arc méditerranéen à l'occasion de la campagne des municipales. Et ce vendredi matin, matin on remonte plus au nord à Bagnols-sur-Cèze dans le Gard, 18.000 habitants et un groupe de "gilets jaunes" qui a décidé de continuer son combat en briguant la mairie.

A Bagnols-sur-Cèze dans le Gard, un groupe de "gilets jaunes" qui a décidé de continuer son combat en briguant la mairie. "L’éveil politique s’est passé ici": ici, c’est le rond-point de l’Europe, à l’entrée nord de la ville. Son gilet jaune usé sur le dos, Nadine raconte comment tout a commencé il y a 15 mois.

"On pique-niquait là et le nombre de klaxons, le nombre de gens qui nous disaient ‘on est avec vous’. 15 mois sont passés et jamais j’aurais pu imaginer arriver jusque-là, jusque sur une liste".

"On arrive à passer les obstacles"

Sur la liste des "gilets jaunes", cette formatrice côtoie cadres et ouvriers, retraités ou personnes handicapées. Tous éloignés du monde politique, ils se réunissent dans l’arrière salle d’un restaurant. Ce jour-là, ils bouclent leur profession de foi, un nouveau monde pour Isabelle, allocataire du RSA, elle a beaucoup appris: "Comme le fait que ce soit les candidats qui payent tous les bulletins de vote qu’on trouve dans les mairies".

Il a donc fallu apprendre à se débrouiller, raconte Nadine: "Quand vous êtes soutenu par un parti, vous ne regardez pas, vous prenez un local, vous pouvez imprimer vos documents mais on arrive à passer les obstacles. Et puis, on a des gens qui vont nous aider".

Et parmi les leçons: l’obligation de choisir une tête de liste… Même pour un mouvement citoyen. C’est Christophe qui a été désigné et la liste a été bouclée in extremis.

"Beaucoup de gens, ont cru qu’on était plus folkloriques, des guignols"

"Beaucoup de gens, même à Bagnols ont cru qu’on était plus folkloriques, des guignols, à se trimbaler à 25 ou 30 dans les rues avec nos gilets. Manque de pot, elle est inscrite la liste, on y est, on est là".

Axe principal de leur programme: organiser des référendums sur tous les grands sujets. Ce qui laisse perplexe les autres candidats comme Jocelyne Gayte, investie par les Républicains.

"C’est bien mais ça peut être ingérable aussi. J’ai déjà fait partie d’une équipe municipale et on ne peut pas faire un référendum et demandé l’avis à tout le monde à chaque fois qu’on veut prendre une décision en mairie. C’est pour ça qu’il y a des élections".

"Je suis vraiment heureux que chacun s’exprime sur ce territoire"

C’est la première fois qu’une liste apartisane, c’est à dire non soutenue par un parti, se présente à Bagnols-sur-Cèze selon le maire sortant Jean-Yves Chapelet. Candidat à sa réélection et content que les "gilets jaunes" jouent le jeu de l’élection.

"Sur le fond, je suis vraiment heureux que chacun s’exprime sur ce territoire. Quand on n’est pas content, ce qui est normal, on vote pour d’autres candidats. Et c’est peut-être en ça que les 'gilets jaunes' ont raison d’aller jusque-là, jusqu’au vote pour voir ce que chacun va représenter".

Les gilets jaunes comptent notamment sur les abstentionnistes. Ici, à la dernière élection municipale, 4 électeurs bagnolais sur 10 ne sont pas allés voter.

Victor Joanin et Martin Cadoret (avec C.P.)