RMC

Pas d'"héritier" particulier de Mitterrand au PS ?

Les Français ne jugent aucun des présidentiables socialistes particulièrement plus proche que les autres de François Mitterrand, montre un sondage TNS Sofres pour Canal+. A la question de savoir qui, parmi les dirigeants actuels du Parti socialiste, "se r

Les Français ne jugent aucun des présidentiables socialistes particulièrement plus proche que les autres de François Mitterrand, montre un sondage TNS Sofres pour Canal+. A la question de savoir qui, parmi les dirigeants actuels du Parti socialiste, "se r - -

Les Français ne jugent aucun des présidentiables socialistes particulièrement plus proche que les autres de François Mitterrand, montre ce lundi un sondage TNS Sofres pour Canal+.

A la veille du trentième anniversaire du 10 mai 1981, date de l'élection du premier président socialiste de la Ve République, l'étude montre aussi que l'abolition de la peine de mort et les réformes sociales constituent le principal héritage des deux septennats de François Mitterrand aux yeux de deux Français sur trois.

A la question de savoir qui, parmi les dirigeants actuels du Parti socialiste, "se rapproche le plus de François Mitterrand dans ses idées et ses propositions", les personnes interrogées classent François Hollande en tête avec 18%, juste devant Dominique Strauss-Kahn (16%) et Martine Aubry (13%).

Ségolène Royal, à 9%, est légèrement distancée.

Chez les seuls sympathisants du PS, le classement est inchangé, François Hollande obtenant 23%, Dominique Strauss-Kahn 20% et Martine Aubry 18%.

Priés de citer les événements les plus marquants des deux septennats de François Mitterrand, les personnes interrogées classent ex aequo à 65% l'abolition de la peine de mort et les réformes sociales (semaine de 39 heures, retraite à 60 ans, RMI ...).

La signature du traité de Maastricht recueille 31% d'opinions, les "grands travaux" 24% et la libéralisation de l'audiovisuel 16%.

Chez les sympathisants PS, les réformes sociales (83%) sont classées devant l'abolition de la peine de mort (73%).

Le sondage a été réalisé les 3 et 4 mai auprès d'un échantillon national de 975 personnes représentatif de la population de 18 ans et plus.

Marc Angrand, édité par Sophie Louet

REUTERS