RMC

Polémique Morano: "Je la soutiendrai quoi qu'elle fasse et où qu'elle aille"

REPORTAGE - L'eurodéputée Nadine Morano devrait se voir retirer son investiture Les Républicains en Meurthe-et-Moselle aux élections régionales après qu'elle a réitéré mercredi ses propos polémiques sur la "race blanche". RMC s'est rendue sur ses terres, à Toul (Meurthe-et-Moselle), où entre soutien indéfectible et rejet sans concession, la population est partagée…

Nadine Morano persiste et signe. En pleine polémique suite à ses propos sur la "race blanche", l'eurodéputée Les Républicains a réitéré, ce mercredi, ses dires. Critiquée de toutes parts, Nadine Morano compte tout de même encore quelques soutiens sur ses terres. A Toul (Meurthe-et-Moselle), RMC a même rencontré des "moranistes" convaincus parmi les militants Républicains de la ville. Pour eux, c'est Nadine Morano ou rien. "C'est dégueulasse ce qui lui arrive, estime ainsi Danièle. Elle ne mérite pas ça, après tout ce qu'elle donne, ce qu'elle fait… Pour un mot…". "Si on lui retire son investiture, je vous garantis que tous les militants vont rendre leur carte et terminé Les Républicains", met en garde Jean-Pierre.

"Très déçu par Nicolas Sarkozy"

"Si vraiment elle est écartée, je peux vous dire que, pour moi, Les Républicains, c'est terminé, s'emporte Joël, militant de longue date. Nadine Morano je la soutiendrai quoi qu'elle fasse et où qu'elle aille. Je suis de culture judéo-chrétienne, de race blanche et ça ne me gêne pas de le dire. Je ne vois vraiment pas où est le problème". Il ajoute: "Je suis vraiment très déçu par Nicolas Sarkozy. Je n'arrive pas à comprendre que quelqu'un comme lui arrive à prendre une décision aussi radicale à l'encontre de Nadine Morano."

Un peu plus loin dans le centre de Toul, les avis sont beaucoup plus partagés. Rowen, Toulois de 34 ans, vote Républicains depuis toujours mais plus question aujourd'hui de voter pour Nadine Morano: "Aujourd'hui on parle de race blanche, demain on va parler d'autres races. On va où après ? Moi je suis à droite mais je ne vais pas voter pour elle. Il faut donc mettre quelqu'un d'autre, quelqu'un qui tient bien la route".

"Une faute politique et morale"

Un point de vue partagé au sein même de la liste de Nadine Morano. Pour les régionales, le sénateur Jean-François Husson demande au parti de rayer l’ancienne ministre de sa liste. "Quand on déborde, et manifestement il y a eu débordement…, débute-t-il avant de préciser: "Elle s'est mise, elle-même, hors-jeu du pacte des valeurs de notre République. Ce n'est pas acceptable, c'est une faute politique mais davantage encore c'est une faute morale".

Nadine Morano, de son côté, assume ses propos et refuse de présenter ses excuses. Pour elle, pas question d’abandonner sa place: "Bien sûr que je suis toujours tête de liste. Tout va bien… Il faudrait que tout le monde baisse en température, cela ne ferait pas de mal. Et surtout que l'on arrête de me harceler comme si j'étais une criminelle. J'ai simplement dit une réalité et je ne veux pas qu'on lui fasse dire son contraire". Au final ce sera à la commission nationale d’investiture du parti de décider. Elle doit se réunir mercredi prochain.

Jean-Baptiste Durant et Maxime Ricard