RMC

Présidentielle: Emmanuel Macron tacle "la complaisance avec Poutine chez d'autres candidats"

Emmanuel Macron a lancé une pique à certains de ses adversaires à la présidentielle, en accusant sans les nommer, de complaisance avec Vladimir Poutine.

En déplacement ce mardi à Spezet, en Bretagne, le président-candidat Emmanuel Macron a taclé la complaisance d'autres candidats envers Vladimir Poutine. Le chef de l'Etat a justifié ses nombreux échanges avec le président russe, alors que la guerre en Ukraine bat son plein.

"Le dialogue que j’ai avec Vladimir Poutine, même avant la guerre, n’est pas un dialogue complaisant. L’une des premières visites que j’ai faites au printemps 2017, c’était Vladimir Poutine. Ce n’était pas une conférence de presse complaisante. Je disais très clairement à ce moment-là que Russia Today et Sputnik étaient des organes de propagande et j’avais subi des attaques de la Russie", a-t-il lancé devant un parterre de journalistes.

"Ce n’est pas chez moi qu’il faut chercher des financements du côté de la Russie"

"Ce n’est pas chez moi qu’il faut chercher de la complaisance avec Vladimir Poutine. Ce n’est pas chez moi qu’il faut chercher des financements du côté de la Russie. C’est chez d’autres candidats", a ajouté Emmanuel Macron, en référence au prêt d'une banque russe au Rassemblement national en 2014 et à quelques sorties de Jean-Luc Mélenchon ou Eric Zemmour sur le gouvernement russe.

Plusieurs candidats sont ainsi taxés de complaisance passée avec le pouvoir russe alors qu'Eric Zemmour, notamment, assurait rêver d'un "Vladimir Poutine français" en septembre 2018. Des prises de position que les intéressés s'efforcent désormais de cacher sous le tapis, depuis le 24 février dernier et l'invasion de l'Ukraine par l'armée russe.

Guillaume Dussourt avec Hélène Terzian