RMC

Présidentielle: Valérie Pécresse fait un mea culpa et lance la contre-offensive

Depuis son meeting raté dimanche dernier, à Paris, Valérie Pécresse est en difficulté. Mais ce jeudi, en marge d'un déplacement en Vendée, la candidate des Républicains a fait un mea culpa auprès de quelques journalistes et a lancé la contre-offensive.

Valérie Pécresse, la candidate LR à l'élection présidentielle, est en eaux troubles depuis son meeting raté dimanche dernier. Jeudi soir, elle a reçu un gros coup derrière la tête: selon un sondage Odoxa, elle s'effondre de 7 points et se retrouve à 12%, juste devant Jean-Luc Mélenchon, en quatrième position, derrière Emmanuel Marcon, Marine Le Pen et Eric Zemmour.

Pour reprendre l'initiative, Valérie Pécresse s'est confiée devant les journalistes, en marge de son déplacement en Vendée. Dans une petite salle, à l'abri des regards, après avoir rencontré des pêcheurs de Saint-Gilles Croix de Vie, elle a d'abord fait un mea culpa sur la forme du discours du Zénith de Paris. "Si c'était à refaire, je le ferais de manière plus parlée, ça me correspond plus" admet la candidate.

Valérie Pécresse revient aussi sur cette phrase polémique sur le grand remplacement. Face aux journalistes, la candidate s'énerve et tape littéralement du poing sur la table. "Merde ! C'est hallucinant qu’on ne retienne qu’une phrase qui n'a pas du tout le sens qu'on lui prête" s'emporte la chef de file LR. Une tentative pour Valérie Pécresse de s'affirmer.

>>> Retrouvez toutes les chroniques présidentielles de RMC sur le site et l'appli RMC

L'influence de Ciotti critiquée

Depuis dimanche, les critiques fusent au sein de son propre camp, notamment sur l'influence d'Eric Ciotti dans la campagne. "C’est pas une équipe qui dirige. C’est MOI la candidate. C'est MA ligne !" a rétorqué Valérie Pécresse. La candidate veut "jouer des coudes" pour défendre une troisième voix, entre Macron et Zemmour. "Il faut faire revenir tout le monde à la maison" juge la candidate LR. Signe aussi qu'elle se sent menacée par le départ de son électorat dans les deux autres camps.

Un coup monté ?

Valérie Pécresse va même jusqu'à parler de coup monté contre elle. Cette polémique sur son discours de dimanche serait une manœuvre de la République en Marche selon la candidate LR. "Il y a une volonté d’éteindre mon projet" lance Valérie Pécresse aux journalistes: "La stratégie des macronistes, c’est de ne pas laisser d’espace entre progressistes et extrémistes".

Pour résumer l’état d’esprit de Valérie Pécresse, son lieutenant Bruno Retailleau a utilisé une formule un peu particulière alors qu’ils visitaient tous les deux la ville natale de Georges Clémenceau, ce jeudi: "C'est l'adversité qui révèle les grands caractères. Clémenceau, c'est le père de la victoire mais c'est aussi le Tigre. Pécresse, c'est la Tigresse".

Reste à savoir si la contre-attaque va porter ses fruits. Nouvelle étape ce vendredi soir au Cannet, avec un meeting devant 2.000 personnes, accompagnée d’un certain Eric Ciotti.

MM avec Hélène Terzian et Romain Cluzel