RMC

Présidentielle: vote blanc, mode d'emploi

-

- - -

Lors des élections, de nombreux Français qui ne savent pas pour qui voter mais ne veulent pas s'abstenir choisissent le vote blanc. Un vote qui doit obéir à des règles précises, mais qui n'est pourtant jamais pris en compte dans les résultats officiels. Anormal ?

A chaque élection il a les faveurs de certains Français. Le vote blanc représentait, avec le vote nul, plus de 4% des suffrages lors des trois dernières élections présidentielles. Pourtant, voter blanc ne s’improvise pas. Il faut penser d’abord à venir avec sa propre feuille blanche dans l’isoloir, celle-ci n’étant évidemment pas fournie. Surtout, selon l’article R-30 du code électoral, celle-ci doit absolument respecter plusieurs critères de taille (10,5 cm sur 14,8 cm) et de poids (entre 60 et 80 grammes). Sinon, le vote sera considéré comme nul.

Seulement comptabilisé en Suède

Et c’est là le paradoxe, qu’il soit nul (bulletin raturé, enveloppe vide) ou blanc, le vote n’est de toute façon pas pris en compte dans les résultats du dépouillement. On ne voit jamais apparaître le score des votes blancs lors des soirées électorales et ils ne sont jamais comptabilisés comme suffrages exprimés. En Europe, seule la Suède les comptabilisent réellement.

La comptabilisation du vote blanc: « un encouragement à l’audace politique »

Pourtant, des voix s’élèvent en France pour que le vote blanc soit comptabilisé. Dans son livre « Blanc, c’est pas nul », l’avocate Marie Naudet explique que « notre système électoral présente une singulière défaillance car il rend quasiment invisibles les votes blancs en les assimilant aux votes nuls, voire aux abstentions. Ces électeurs qui vont aux urnes expriment pourtant un choix, une insatisfaction qui est en même temps un signe adressé à la classe politique (…). C’est une démarche citoyenne. Je défends la reconnaissance du vote blanc dans le décompte électoral. Ce serait un encouragement à l’audace politique quand les candidats en manque trop. Cela donnerait un signal d’alarme ».

Bayrou et Dupont-Aignan pour la reconnaissance du vote blanc

Il reste encore du chemin. Si Eva Joly (EELV), Nathalie Artaud (LO) et Jean-Luc Mélenchon (Front de Gauche) sont favorables à la reconnaissance du vote blanc, seuls François Bayrou (Modem) et Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) ont formellement inscrit la reconnaissance dans leurs programmes.

La Rédaction