RMC

Réforme des retraites: "Il faut qu'Emmanuel Macron renonce à passer en force", estime Manuel Bompard

Le député des Bouches-du-Rhône Manuel Bompard appelle l'éxécutif à renoncer à son projet de réforme des retraites et promet une mobilisation "tous azimuts" contre le recul de l'âge du départ à la retraite.

"Ça va chauffer en janvier, bonne année!". Après les vœux d'Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon donne le ton. Le chef de file de La France insoumise appelle les Français à se mobiliser contre la réforme des retraites que le gouvernement doit présenter en Conseil des ministres le 23 janvier prochain.

L'exécutif pourrait donc vivre une rentrée 2023 très agitée: "Pour que cela ne chauffe pas, il y a une solution très simple, qu'Emmanuel Macron et son gouvernement renoncent à passer en force pour porter l'âge de la retraite à 65 ans. S'il renonce, cela se passera bien", prévient ce mardi sur RMC et BFMTV Manuel Bompard, député LFI des Bouches-du-Rhône. "Plus de 70% des Français sont opposés à cette réforme d'une brutalité sociale insupportable. Il n'y aucune nécessité à la faire", ajoute-t-il.

Manuel Bompard estime que les rapports du Conseil d'orientation des Retraites, le Cor, sont de mauvais indicateurs. Il s'appuie sur le rapport de 2019 qui prévoyait en 2019 un déficit des caisses de retraites de 10 milliards en 2022:

"En réalité on a été en excédent de 3,2 milliards. Le Cor fait un travail sérieux mais ces anticipations à 10 ans des rapports du Cor, il faut les prendre avec prudence, elles peuvent être contrebalancées par l'évolution des paramètres économiques. Il n'y a aucune nécessité économique à réformer les retraites", assure l'élu.

Elisabeth Borne prête à reculer?

Mais le report de l'âge de départ à 65 ans n'est "pas un totem" estime ce mardi sur France Info la Première ministre Elisabeth Borne: "On a porté les 65 ans mais ce n'est pas un totem", assure-t-elle, ajoutant étudier "d'autres solutions qui permettent d'atteindre notre objectif", comme "l'équilibre du système de retraite à l'horizon 2030".

"Si ce n'est pas un totem, elle n'a qu'à y renoncer", appelle Manuel Bompard. "Dans toutes les discussions avec les organisations politiques et syndicales, elle a dit que s'il y avait un sujet qui n'était pas discutable, c'était celui du report de l'âge de départ à la retraite. Si elle y renonce, alors on peut discuter", promet l'élu.

Et pour discuter, il veut évoquer avec le gouvernement une réforme "dans une autre direction", avec le retour de la retraite à 60 ans avec 40 annuités, loin des hypothèses du gouvernement qui plaide pour le report de l'âge de la retraite à 64 ou 65 ans.

"Avec cette réforme, la génération de 1970 passera 2,5 années de moins à la retraite que la génération de 1950. C'est l'inverse du sens d'l'histoire. Pourquoi aller dans cette direction? Je ne le comprends pas", s'interroge le député.

Une mobilisation prévue

Contre la réforme, plusieurs manifestations sont prévues. L'une, celle des organisations de la jeunesse, doit avoir lieu le 21 janvier. Quant aux syndicats, une réunion doit avoir lieu le 10 janvier, pour décider éventuellement d'une journée d'action. Des initiatives que La France Insoumise soutient.

"C'est une grande bataille qui s'annonce", prévient Manuel Bompard. "Il y aura différentes formes d'initiatives avec sûrement des grèves en semaine du côté des syndicats. Nous, on propose des mobilisations le week-end. Il faut que la mobilisation soit tous azimuts si on veut gagner, que ces mobilisations soient complémentaires", estime l'élu.

Guillaume Dussourt