RMC

Rentrée divisée pour la Nupes: "Il faut qu'on accepte les divergences qui existent entre nous"

Pour la rentrée, les quatre partis de la Nupes sont divisés. Chacun organise son université d'été, LFI dans la Drôme, EELV en Isère, le PS dans le Loir-et-Cher et le PCF en Alsace. Pourtant, les insoumis avaient appelé à un grand rendez-vous de rentrée commun.

Se diviser pour mieux régner? Les quatre partis qui forment la Nouvelle union populaire écologique et sociale (Nupes) font une rentrée désunie.

Chacun organise son université d'été de son côté. Les insoumis sont à Valence (Drôme), les écologistes à Grenoble (Isère), les socialistes à Blois (Loir-et-Cher) et les communistes à Strasbourg (Alsace).

Pourtant, la France insoumise (LFI) avait réclamé un grand rendez-vous de rentrée commun, mais les autres n'ont pas suivi. Ils ont préféré se retrouver entre eux, insistant sur la nécessaire autonomie de chacun face, selon eux, au risque d'hégémonie de LFI.

"Il faut qu'on accepte les divergences"

Le Parti socialiste, le Parti communiste, Europe Écologie-Les Verts et la France insoumise ont effectivement des désaccords sur le fond, notamment sur l'indépendance de Taïwan, mais c'est surtout sur la stratégie à adopter au plan politique que les quatre partis s'opposent.

Les troupes de Jean-Luc Mélenchon prônent une opposition radicale au gouvernement et les autres approuvent la discussion.

"Il faut qu'on accepte les divergences qui existent entre nous, ça n'est pas un drame" minimise un député écologiste.

Des ministres à l'université d'été de LFI

Preuve que les liens ne sont pas rompus, des représentants de chaque mouvement seront bien présents aux rendez-vous des autres partis de la Nupes.

D'ailleurs, à l'université d'été de LFI, des membres du gouvernement d'Élisabeth Borne seront présents pour échanger lors de débat, tout comme l'ancienne ministre de la Justice sous Nicolas Sarkozy, Rachida Dati.

Cyprien Pézeril (avec Astrid Bergere)