RMC

Ruffin épingle la hausse de l'indemnité des députés de 250 euros, Bergé tacle sa "démagogie"

François Ruffin, le député LFI de la 1ere circonscription de la Somme en campagne pour sa réelection dans le village de Conde-Folie, le 31 mai 2022.

François Ruffin, le député LFI de la 1ere circonscription de la Somme en campagne pour sa réelection dans le village de Conde-Folie, le 31 mai 2022. - Denis Charlet © 2019 AFP

Le député Nupes de la Somme, François Ruffin, a taclé l'augmentation de 250 euros brut des députés liée à l'augmentation du point d'indice des fonctionnaires.

Une augmentation qui tombe mal. L'insoumis François Ruffin s'est élevé contre la hausse de quelque 250 euros brut de l'indemnité mensuelle allouée aux députés, qui est automatique, s'attirant les foudres d'autres parlementaires mardi. Les députés, pour pouvoir se consacrer à leur fonction et ne plus exercer d'activité professionnelle autre, touchent une indemnité mensuelle, soumise à l'impôt.

De 7.240 euros bruts mensuels, elle est passée à 7.493 euros au 1er juillet dernier du fait de l'augmentation de 3,5% du point d'indice des fonctionnaires. L'indemnité est en effet alignée sur le traitement des Conseillers d'Etat, et a donc augmenté comme pour tous les fonctionnaires.

"Il y a trois mois (les députés) refusaient l'indexation des salaires sur l'inflation. Dans un mois ils voteront 8 milliards de cadeaux aux firmes. Et, c'est vos impôts qui payent", a accusé François Ruffin sur Twitter. "Je ne garde que le Smic de mes indemnités parlementaires. Alors 250 euros d'augmentation, c'est 250 euros en plus reversé à des associations", a-t-il précisé.

La cheffe de file des députés Renaissance Aurore Bergé avait rappelé il y a quelques jours que cette augmentation est "exactement la même chose que les agents de la fonction publique". "On est plutôt habitué à l'exercice de démagogie de la part de François Ruffin", lance-t-elle.

Selon le communiste Pierre Dharréville, que cette augmentation "paraisse indécente, je peux le comprendre". Mais "les indemnités, c'est pour que tout citoyen, toute citoyenne puisse prétendre aux fonctions d'élu et pas seulement les rentiers, donc je pense qu'il faut dans ce débat-là faire la part des choses", a-t-il nuancé mardi auprès de l'AFP.

"Dire que les députés s'augmentent eux-mêmes, c'est faux", a aussi souligné un élu de la majorité, s'agaçant de cet "antiparlementarisme habituel" et de "cette haine de celui qui va gagner plus".

La rédaction avec AFP