RMC

Sandrine Rousseau huée lors d'un rassemblement en soutien aux Iraniennes

La députée écologiste Sandrine Rousseau a été huée lors d'une manifestation en soutien aux Iraniennes à Paris dimanche. Dans la foulée, l'élue a assuré ne pas avoir été la seule à avoir été sifflé, citant notamment Laurence Rossignol. Mais la vice-présidente socialiste a contredit cette version, vidéo à l'appui.

Sa présence n'était pas souhaitée, visiblement. La députée écologiste Sandrine Rousseau a été huée ce dimanche à l'occasion d'un rassemblement en soutien aux femmes iraniennes qui manifestent depuis plusieurs semaines contre le régime en place.

L'écologiste a voulu prendre la parole en montant sur une estrade aux côtés d'autres élus socialistes et écologistes;, mais quelques sifflets l'en ont d'abord empêché. Pas découragée pour autant, Sandrine Rousseau a finalement réussi à prendre la parole une dizaine de secondes, sous les huées.

Dans la foulée, l'élue a reconnue avoir été sifflée mais a assuré qu'elle n'était pas la seule: "Les trois femmes de gauche qui ont parlé, Manon Aubry mais aussi Laurence Rossignol et moi-même, avons été sifflées", a-t-elle assuré ce lundi sur France Inter.

Mais cette version n'a pas plu à Laurence Rossignol, la vice-présidente socialiste du Sénat. "Je viens d’entendre Sandrine Rousseau prétendre que j’aurais (comme elle) été sifflée au rassemblement Iran. C’est faux. Ne lui déplaise, j’ai même recueilli des applaudissements", a répondu l'ancienne ministre sur Twitter.

"C'est faux Sandrine et tu le sais très bien"

L'échange ne s'est pas arrêté là puisque Sandrine Rousseau a répété sa version des faits. "Il y a eu des sifflets et des applaudissements. Pour tout le monde. Les sifflets étaient plus importants pour Manon Aubry et moi. Moins pour Laurence Rossignol et Olivier Faure, mais tout le monde l'a été", a maintenu l'écologiste. "C'est faux Sandrine et tu le sais très bien", lui a répondu Laurence Rossignol.

"Sandrine Rousseau ne voit aucun problème au port du burkini dans les piscines, ni à celui du hijab y compris quand ce sont des petites filles qui sont forcées à le porter par leurs parents. Mais là, elle ose venir parler", s'est indignée ce lundi sur le plateau des "Grandes Gueules" Barbara Lefebvre.

Si les manifestants dénonçaient ce dimanche la tentative de récupération de certains politiques, Sandrine Rousseau est souvent visée pour ses positions sur des questions de laïcité. "Le voile, la burqa, sont des vêtements sexistes. Mais jamais une émancipation n’est obtenue par l’interdiction d’un vêtement. Jamais on ne force les femmes à s’émanciper, c’est à elles de faire ce chemin", avait assuré la députée en septembre 2021 sur Europe 1. En mai dernier, elle avait estimé sur LCP que la polémique liée au burkini dans les piscines publiques était un "non-sujet".

Des positions qui pourraient expliquer l'accueil réservé à Sandrine Rousseau ce dimanche. "Elle a été très bien accueillie au regard de ses contradictions gravissimes et criminelles parce qu'il y a plus d'une centaine de morts en Iran" estime Barbara Lefebvre.

L'Iran est en proie à une vague de contestation depuis plusieurs semaines et la mort d'une jeune femme de 22 ans le 16 septembre dernier. Mahsa Amini avait été arrêtée à Téhéran par la police des mœurs en raison d'un voile trop court. Battue, elle était morte trois jours après, à l'hôpital. Depuis les Iraniennes manifestent et enlèvent leur voile en signe de protestation lors de rassemblements toujours plus nombreux un peu partout dans le pays.

G.D.