RMC

Si vous recevez Jean Lassalle chez vous, il faut prévoir une bonne cargaison de bananes

-

- - AFP

Par manque de moyens, le candidat Jean Lassalle a parfois dormi chez certains de ses soutiens en campagne. Claire Simonin, avocate, a hébergé le candidat fin mars lors d’un déplacement en Bretagne. Elle raconte la visite de l’atypique Béarnais dans sa maison pendant 24 heures.

Claire Simonin, porte-parole pour la Bretagne de Jean Lassalle, a hébergé le candidat pendant 24 heures chez elle. 

"Il y a deux mois, je faisais partie du troupeau très important des Français qui avaient décidé de ne pas voter à ces élections présidentielles. J’ai pris le soin de regarder quels étaient les candidats en lice au-delà des cinq plus gros dont les médias parlaient sans cesse. Et j’ai relevé le nom de Jean Lassalle. Je suis allée sur internet faire des recherches le concernant, et j’ai découvert un programme avec lequel j’étais à 100% d’accord.

Ensuite, j’ai écrit un mail en écrivant que j’étais enchantée qu’il soit candidat, que je savais qu’il avait de tout petits moyens et que si je pouvais faire quelque chose, j’étais là. Et deux heures après, sa directrice de campagne m’a appelé. Elle m’a dit 'Jean Lassalle vient dans le Finistère, est-ce que vous pouvez organiser sa venue?'. J’ai dit banco.

Je l’ai accueilli dans ma maison, dans ma famille. On lui a confié notre petit bébé dont il s’est occupé quelques instants avec beaucoup de soin. Il a dormi à la maison, donc on a passé 24 heures complètes de la campagne de Jean Lassalle avec lui. On a eu vraiment l’occasion de se faire une idée très précise des qualités de cet homme en dehors d’un simple programme.

Il est bonhomme, convivial, chaleureux. Il aime les gens et il sait les écouter. Quand je suis allé le chercher à l’aéroport, il est monté dans ma voiture, et il m’a dit 'on va se tutoyer'. J’ai senti que ce n’était pas du tout de la démagogie, que c’était beaucoup plus simple pour lui. Il m’a dit 'raconte-moi qui tu es, pourquoi tu fais ça, quels sont les problèmes que tu rencontres dans ton existence qui sont intéressants à connaître pour un candidat à la présidentielle'.

"Pendant une demi-heure il m’a écouté, posé des questions"

Je lui ai dit que j’étais avocate, que mon mari était patron de TPE. Je lui ai parlé des problèmes avec le RSI, avec le choc de simplification administrative qui a eu pour effet de compliquer l’administration. De la difficulté de trouver des places en crèche. De la difficulté pour une femme de mener une carrière et une vie de mère. Et pendant une demi-heure il m’a écouté, posé des questions. Et il ne cessait de répéter: 'je veux que les gens me disent les choses parce que les gens savent mieux que moi, ils sont les meilleurs experts'.

La chose qu’il faut savoir si vous recevez Jean Lassalle, c’est qu’il faut prévoir une bonne cargaison de bananes. Depuis sa grève de la faim, il a un régime alimentaire un peu particulier qui fait qu’il mange des quantités astronomiques de bananes. En 24 heures, je crois qu’il en a mangé 16. De la banane biologique de France, attention!

"Dans le jardin en train de parler tracteur avec mon fils de trois ans"

Il boit pas mal de café, il mange un peu de croissant, mais surtout de la banane et de la viande, des choses qui tiennent au corps. Il dort très peu, il travaille sans cesse, et il vous donne toujours l’impression qu’il est néanmoins disponible pour vous. A un moment il avait disparu, et en fait il était dans le jardin en train de parler tracteur avec mon fils de trois ans. En pleine campagne présidentielle, j’ai trouvé ça frappant.

C’est très fatiguant pour lui de se donner autant. Il doit descendre à l’hôtel pour la fin de cette campagne: quand il est venu chez nous, on s’est couché à 3h du matin, on avait tellement de choses à lui dire… Il a une personnalité qui gagne à être connue. Nous avons beaucoup de travail à faire pour qu’on l’entende".

Quentin Pommier (avec A.M.)