RMC

Sondage "La course 2012" : Rien n'est joué en tête

Christophe Jakubyszyn.

Christophe Jakubyszyn. - -

À J-100 avant le 1er tour de l'élection présidentielle, les surprises arrivent dans les sondages. Une évolution des scores, une dynamique qui pourrait conduire à un véritable séisme politique.

Cette dynamique qui pourrait bouleverser le paysage politique, on la voit arriver de loin. C’est un peu comme une vague mais on n'en connaît ni la force ni la vitesse. Elle va peut-être s’effondrer, s’effilocher avant d’arriver sur le rivage, donc il faut rester très prudent. Pour l’instant, les deux favoris sont toujours en tête et assez largement. François Hollande en tête au premier tour, il perd 3 points mais il est quand même à 29% des intentions de vote. Et puis en deuxième position, Nicolas Sarkozy avec 26% reste stable. Dans l’hypothèse d’un second tour qui opposerait le président sortant à François Hollande, le candidat socialiste l’emporterait toujours avec 57% des intentions de vote contre 43 pour Nicolas Sarkozy. La dynamique s’est améliorée pour le chef de l’Etat qui a gagné 5 points depuis 2011 dans ce duel du second tour.

Ça bouge derrière Hollande et Sarkozy

En troisième position, Marine Le Pen enregistre la plus forte hausse : 3 points à 19%. Et puis pour être honnête et transparent, un autre institut de sondage (IFOP), donne ce matin un score encore plus haut à Marine Le Pen : 21,5%. Il donne aussi Nicolas Sarkozy plus bas : 23,5%, ce qui veut dire que 2 points seulement dans ce sondage séparent Nicolas Sarkozy de Marine Le Pen.

Marine Le Pen est le 3e homme

On est dans l’écart normal, la marge d’erreur. Ce qui est intéressant, c’est la dynamique que l’on observe dans les deux sondages. La hausse de Marine Le Pen est confirmée par les deux instituts. Il faudra donc observer très attentivement ce qui va se passer dans les prochaines semaines.

Bayrou progresse

François Bayrou recueille 13% d’intentions de vote (+2 points) dans notre sondage CSA-BFM TV-RMC. Chez la concurrence là encore, la progression de François Bayrou est spectaculaire depuis son entrée en campagne. Elle se fait notamment au détriment de François Hollande et de la candidate Verte Eva Joly qui est dans les choux avec 2% des voix.

Peu de chances que le quarté de tête change

Avec 7%, Jean-Luc Mélenchon est probablement trop loin pour jouer les trouble-fête. Mais l’ordre du quarté, lui, peut bouger: il y a désormais statistiquement la possibilité que les deux premiers soient n’importe lequel des 4 candidats. Cela veut dire qu’il y a potentiellement six duels possibles au second tour. Ce n’est pas l’hypothèse la plus probable, mais c’est désormais statistiquement possible. Surtout si la dynamique de hausse de Marine Le Pen et de François Bayrou, couplée à l’effritement de François Hollande et de Nicolas Sarkozy, se poursuit.

Écoutez la chronique de Christophe Jakubyszyn, "Les coulisses de la politique" du Vendredi 13 janvier à 7h20.

Christophe Jakubyszyn