RMC

Sur la Syrie : « La réalité c'est qu'on est à poil, on est seuls », dit Morin sur RMC

Hervé Morin, président du Nouveau Centre.

Hervé Morin, président du Nouveau Centre. - -

Hervé Morin était l’invité de Jean-Jacques Bourdin ce vendredi à 8h35 sur RMC et BFMTV. Ancien ministre de la Défense, il est favorable à une intervention en Syrie sous conditions : preuves et coalition internationale sont nécessaires.

Invité sur RMC et BFMTV ce vendredi matin, Hervé Morin, s’est prononcé en faveur d’une intervention en Syrie « si et seulement si nous avons des preuves incontestables de l’utilisation d’armes chimiques ». Il impose également une seconde condition : une vraie coalition internationale.
Président du Nouveau Centre et membre de l’UDI, Hervé Morin s'est également exprimé sur un éventuel rapprochement de l’UDI de Jean-Louis Borloo et du Modem de François Bayrou.

Sur le centre

8h54 - Hervé Morin : « F. Bayrou a eu un chemin qui n'a pas marché. Il a pris la porte dans la figure. Le rapprochement avec F. Bayrou, comment ? Il faut une structure souple. Pour quoi faire ? Le rapprochement doit nous amener à porter un projet politique alternatif. Il faut aussi la clarification politique pour François Bayrou. Il faut être clair : un candidat du centre, centre droit dans une clarté politique totale. Nous allons organiser les primaires du centre. Nous ne serons pas le Jean-Michel Baylet du PS ».

Sur le suffrage universel

8h52 - Hervé Morin : « L'élection présidentielle au suffrage universel rend dingue les hommes politiques. On nous avait dit que cela ferait plus de démocratie. L'élection présidentielle au suffrage universel met au centre un monarque républicain avec tous les pouvoirs concentrés. On empêche un projet politique. En France, on se lance dans une guerre d'égos. Cela fait naître la démagogie. L'idée d'un homme providentiel qui élèvera le pays n'existe pas ».

Sur Marseille

8h49 - Hervé Morin : « Manuel Valls a utilisé les mêmes méthodes que Sarkozy entre 2002 et 2007. Si ça marchait, ça se saurait. Notre système judiciaire est devenu inefficace. La république a déserté les quartiers. En puis, il n'y a pas de réponse pénale. Il en faut une immédiate. Je dis à Taubira que ce n'est pas en sortant de prison ceux qui ont des peines de moins de 5 ans que l'on va améliorer le système, même si c'est clair que les prisons françaises ne marchent pas ».

Sur Jean-Claude Gaudin, le maire UMP de Marseille

8h47 - Hervé Morin : « Les Marseillais lui font confiance ».

Sur l'armée dans les quartiers, réclame par des élus et des citoyens au slogan limpide : « L'armée à Marseille plutôt qu'à Damas »

8h46 - Hervé Morin « Mais que ferait l'armée à Marseille ? L'armée est faite pour faire la guerre... il n'y a pas de guerre à Marseille. On ne va pas envoyer les blindés ».

Sur la Syrie et le G20

Sur le coût d'une intervention

8h45 - Hervé Morin : « La politique n'a pas marché jusqu'ici. Une opération militaire, cela coûte cher. Les missiles, c'est un million pièce, mais ce n'est pas cela qui coûte cher. Ce qui coûte cher, c'est l'envoi de troupes au sol ».

"Un diner de cons au G20 entre Obama et Hollande", s'interroge Jean-Jacques Bourdin

8h35 - Hervé Morin : « Je fais partie de ceux qui disent que la Communauté internationale doit agir. Si le régime d'Assad est responsable, il ne peut pas rester impuni. En 1925, la Syrie a ratifié un texte sur la non utilisation d'armes chimiques. Sur les attaques, nous avons des informations précises. Mais il y a des doutes. Il faut des preuves. Où sont les preuves ? Pourquoi une attaque chimique, alors qu'Assad récupère du terrain et que des observateurs de l'ONU sont sur place ? Nous avons des échantillons pris sur le terrain. Je demande que les conclusions de ces analyses nous soient transmises. Deuxièmement, les Américains parlent d'écoutes téléphoniques selon lesquelles des ordres ont bien été donnés. La France a-t-elle accès à ces écoutes ? Les Etats-Unis ont-ils bien ces enregistrements ? Concernant la déclassification partielle de documents classés secret défense pourquoi n'y a-t-il que des éléments à charge mais pas d'interrogation ? La réalité c'est qu'on est à poil, on est seuls. L’Europe a démissionné. Il n'y a aucun pays qui veut frapper avec la France et les Etats-Unis. On peut aussi se dire, la coalition, c'est un soutien politique. Mais quel sera le soutien politique de la Ligue Arabe ? Ces questions doivent avoir une réponse au moment où la France devra se prononcer. Et François Hollande doit appeler les parlementaires à voter ».

Revivez aussi l'émission Bourdin & Co de ce vendredi.

Tugdual de Dieuleveult avec Jean-Jacques Bourdin