RMC

Temps de parole: un rééquilibre à trouver

« Les coulisses de la politique » du lundi au vendredi à 7h20 sur RMC, avec Christophe Jakubyszyn.

« Les coulisses de la politique » du lundi au vendredi à 7h20 sur RMC, avec Christophe Jakubyszyn. - -

Le Conseil Supérieur de l'Audiovisuel s'inquiète du déséquilibre des temps de parole dans les médias. La majorité dénonce une surexposition de la gauche. J'ai donc décidé ce matin de donner la parole à la droite.

C'est vrai qu'il y a une surexposition du PS liée à l'organisation des primaires. Du coup la droite sort avec la gueule de bois de ces primaires socialistes. « On est inaudibles, le tsunami des primaires nous a balayés du paysage médiatique et lorsqu'on nous donne la parole c'est pour nous interroger sur les affaires Takieddine, Karachi ou Bourgi », voila ce qui inquiétait hier Jean-François Coppé. 

La droite a l'impression de vivre dans l'Europe de l'Est

La droite a l'impression de vivre dans l'Europe de l'Est des années 70 et 80, derrière le mur de Berlin: « Dans ces primaires il n'y avait pas de droit de réponse, ça me fait penser un peu à ce qu'il se passait dans les démocraties popoulaires avant que le rideau ne tombe. Heureusement, il va y avoir une campagne réequilibrée parce que la, c'était plutôt le concours de beauté que le débat démocratique », s'insurge Eric Raoult. Ca fait froid dans le dos ! Et puis il y a bien pire: la révolution bolchévique est à nos portes, l'arrivée des révolutionnaires le couteau entre les dents, l'arrivée... d'Arnaud Montebourg: « Ce que je vois aujourd'hui c'est que c'est M.Montebourg, le gars le plus à gauche, qui dit qu'il va exproprier les banques, c'est ce que les bolchéviques ont fait en 1917. Je ne sais pas si vous voyez l'état psychologique d'une partie de la gauche française » s'inquiète Coppé. J'ai un slogan pour la droite en 2012: « Au secours Lénine revient ! ».

Les primaires divisent décidément la droite

C'est LA question qui fâche: à chaque fois que l'on tend le micro à la droite au sujet de la primaire PS, on ne sait jamais ce que l'on va reccueillir. Tantôt c'est une critique du processus des primaires - Nicolas Sarkozy en a appelé par exemple mardi au Général de Gaulle, estimant que les primaires « dévoyaient l'esprit de la Ve République ». Et puis tantôt on entend une autre musique, celle de François Fillon: « C'est un processus moderne qui convient à droite comme à gauche pour toutes les grandes elections ». Ce n'est pas l'avis de Jean-François Coppé qui, hier soir lors des journées parlementaires de l'UMP, disait: « On est pas là pour aller sur le terrain de nos adversaires, il y a une mode ambiante. Moi j'ai pris mes responsabilités en prennant l'option d'être dévère face à cette pantomime qui nous est présentée de l'autre côté de l'échiquier politique ». Je veux bien leur donner la parole, encore faudrait-il qu'ils accordent leurs violons.

L'affaire DSK décomptée du temps de parole à gauche

C'est vrai qu'il y a eu les primaires et puis aussi l'affaire DSK qui est comptabilisée dans le temps de parole du PS. L'arrestation, le procès, l'affaire Banon: temps de parole du parti socialiste. J'ai relu tous les textes officiels, notamment les recommandations du CSA et la dernière de 2009. Elle prévoit que le temps de parole de l'opposition ne doit pas être inférieur à la moitié de celui du gouvernement et de la majorité. Ne pas être inférieur c'est un plancher, pas un plafond.

La campagne commence de plus en plus tôt

Ce qui est curieux, c'est que la date de début de campagne change. Par exemple, en 1988 c'était le 22 février. En 1995 et 2002, c'était le 1er janvier. Et puis lors de la dernière campagne de 2007, c'était le 1er décembre 2006. Avec l'organisation des primaires aujourd'hui à gauche et demain sans doute à droite, ne faut-il pas équilibrer les temps de parole dès le 1er septembre, dès l'organisation des primaires, à droite comme à gauche; C'est une proposition que je fais ce matin au CSA.

Écoutez ci-dessous « Les coulisses de la politique » de ce Vendredi 14 octobre 2011 sur RMC avec Christophe Jakubyszyn et Jean-Jacques Bourdin :

Christophe Jakubyszyn