RMC

TPE: Macron annonce que les fournisseurs d'énergie vont devoir "renégocier" les contrats "excessifs"

Le président de la République a annoncé que les contrats d'électricité excessifs des TPE allaient devoir être renégociés (illustration).

Le président de la République a annoncé que les contrats d'électricité excessifs des TPE allaient devoir être renégociés (illustration). - Ludovic Marin

Devant les boulangers, le président de la République a annoncé plusieurs mesures pour les aider à faire face à la hausse des prix. Parmi elles, la renégociation, avec les fournisseurs, des contrats d'energies excessifs de toutes les TPE.

"J’en ai assez qu’il y ait des gens qui fassent des profits excessifs, dans un moment où on utilise l’argent du contribuable pour aider certains à résister", a déclaré Emmanuel Macron, face aux boulangers réunis à l'Élysée, ce jeudi.

Alors que la profession souffre avec la hausse des prix, notamment de l'énergie, le chef de l'État a annoncé plusieurs mesures qui concernent toutes les TPE (très petites entreprises). Il a aussi rappelé quelles étaient celles en cours.

D'après lui, "environ la moitié de ce que consomment ces TPE, a la même protection que les ménages, avec les tarifs réglementés de vente de l'énergie". Pour ces entreprises, les hausses de prix seront d'au maximum 15%.

Les contrats abusifs vont être renégociés

Pour les autres, certaines n'ont pas eu besoin de renégocier leur contrat donc "elles n’auront pas de problème", précise le président de la République.

En revanche, "des TPE ont dû renégocier des contrats. Certains ont augmenté dans des proportions raisonnables mais d’autres c’est x5 ou x10. Ça c’est abusif", dénonce Emmanuel Macron, qui annonce que l'État va les accompagner.

Tous ceux qui ont négocié des contrats "excessifs" et qui sont au-dessus des prix de référence, donnés fin 2022 par la Commission de régulation de l’énergie vont pouvoir renégocier leurs contrats. "Nous demandons aux fournisseurs de redevenir vers chacune de ces TPE. Sinon c'est un jeu sans fin", a-t-il déclaré.

En plus, "il y a 40% pris en charge par un dispositif mis en place par l’État, cela apparaîtra en février sur la facture", rappelle Emmanuel Macron.

Des numéros dans chaque département

Il a précisé que des numéros allaient être mis en place, mais pas un numéro vert, contrairement à l'idée initiale.

"On m’a donné un numéro vert, je l’ai testé, ça ne marche pas. J’en ai marre des numéros verts, donc là, on va vous donner un numéro par département. On va le relayer et le mettre dans la presse quotidienne régionale et il y aura quelqu’un au bout du fil", a assuré le président de la République.

Alors que des centrales nucléaires sont toujours en cours de réparation, les "choses devraient se stabiliser" en 2023. "Structurellement, ça ira mieux", a rassuré le chef de l'État.

Astrid Bergere