RMC

Une taxe halal pour financer les mosquées? "L'impôt doit financer l'intérêt général, pas le culte"

Pour pallier le financement étranger des mosquées, certains dirigeants politiques proposent de mettre en place une "redevance" sur les produits halal. Une idée contre laquelle s'est inscrit Alexis Corbière, porte-parole de Jean-Luc Mélenchon, invité de RMC ce mardi.

Manuel Valls veut s'attaquer au financement des mosquées par des Etats étrangers. Le Premier ministre souhaite suspendre "pour une période" à définir ce financement. Alors qu'une large partie de la construction de mosquées et de salles de prières est aujourd'hui financée par les fidèles, le CFCM mais aussi des responsables politiques comme Nathalie Kosciusko-Morizet, François Bayrou ou Julien Dray proposent que soit mise en place une "taxe halal". "Attention à ces impôts communautaires", prévient Alexis Corbière, invité sur RMC mardi.

"L'impôt doit financer l'intérêt général, je ne suis pas pour cette idée où par des espèces d'impôts on va financer des lieux de culte, c'est aux fidèles de le faire", estime-t-il

"Nous vendons des armes à l'Arabie saoudite"

Le porte-parole de Jean-Luc Mélenchon note également le "paradoxe" autour de la suspension du financement étranger des mosquées, souhaitée par Manuel Valls.

"J'entends partout qu'il y aurait un problème à ce que l'Arabie Saoudite finance certains lieux de culte. Je rappelle que nous leur vendons des armes et encore dernièrement, nous avons décoré de la légion d'honneur une autorité religieuse liée à la famille du roi d'Arabie saoudite. Il y aurait un problème quand ils financent des lieux de culte, mais on peut impunément leur vendre des armes, soyons cohérents", réclame-t-il. 

Pour lui de manière générale, "ce n'est pas à la puissance publique de se mêler du culte". Il craint d'ailleurs une "remise en cause de la loi de 1905" sur la séparation des Eglises et de l'Etat. Il regrette qu'il y ait "trop de religion actuellement dans le débat public".

C. B