RMC

Villani continue son combat pour les municipales à Paris: Macron est-il le grand perdant?

Le candidat LREM dissident a eu un entretien avec le chef de l'Etat de près d'une heure dans l'après-midi à l'Élysée.

Le ton n'est pas très assuré mais la réponse de Cédric Villani au chef de l'Etat est sèche, sans appel.

Une déclaration d'une petite minute à sa sortie de l'Elysée où le député dissident réaffirme "son intention de poursuivre sa campagne librement... en toute indépendance". Cédric Villani enfonce le clou: "Entre l'appartenance à un appareil politique et l'engagement pour la ville qui m'a fait, je choisis de rester fidèle aux Parisiens".

L'entourage du candidat confirme que le dissident se prépare à une exclusion du parti: "la balle est dans le camp de La République en Marche mais rien ne nous empêchera d'aller jusqu'au premier tour", confie l'un de ses proches.

Dans le camp de Benjamin Griveaux, on répète que "la main restera tendue que le rassemblement est la meilleure solution, même au second tour". 

Pour un député de la gauche de la majorité, "Si Benjamin Griveaux n'a rien gagné hier soir, le plus grand perdant de la soirée, c'est Emmanuel Macron".

Pierrick Bonno