RMC

"Vous conversez avec lui, on dirait un prêtre": comment Lassalle a séduit un million d'électeurs

Jean Lassalle, le candidat du mouvement Résistons!, est arrivé 7e du premier tour de l'élection présidentielle ce dimanche avec 3.13% des voix, devant Fabien Roussel, Nicolas Dupont-Aignan, Anne Hidalgo, Philippe Poutou et Nathalie Arthaud. Comment expliquer ce score ?

Parmi les surprises de ce premier tour de l'élection présidentielle, il y a un homme qui a attiré 1.101.690 voix: il s’agit du candidat de la ruralité, Jean Lassalle. Avec 3,13% des voix il a terminé 7e du premier tour, et fait mieux que le candidat communiste Fabien Roussel ou que la maire de Paris Anne Hidalgo.

En Occitanie, Jean Lassalle arrive même en tête dans 69 communes, avec des scores qui dépassent parfois les 40 %, comme ce 44% à Arbéost, dans les Hautes-Pyrénées.

"Comme on dit chez nous, c’est un toque-manette qui peut s’apparenter à Jacques Chirac"

Chez lui, dans le Béarn, il a également enregistré de très bons résultats comme à Navarrenx (18%), dans le département des Pyrénées-Atlantiques, où il est arrivé 3e, juste derrière les deux finalistes.

Comme un peu de plus de 18% des 744 inscrits de la commune, Jean-Pierre, le boucher, et Nanou, la patronne du café des sports, ont voté pour Jean Lassalle, essentiellement pour ses qualités humaines.

"Son franc-parler, et puis son travail au niveau des communes. Il veut laisser un peu plus d’indépendance aux communes. Jean, vous conversez avec lui, on dirait un prêtre. Sa façon de prendre la main, comme on dit chez nous c’est un toque-manette qui peut s’apparenter à Jacques Chirac".

Nanou estime qu’il incarne parfaitement la ruralité. Il est surtout - selon elle- un candidat anti-système : "J’ai voté Jean Lassalle, parce que c’est quelqu’un du cru, du terroir. C’est peut-être quelqu’un qui est le moins corrompu de la classe politique".

Pas de consignes de vote

Au second tour, Jean-Pierre votera pour le président sortant, mais sans enthousiasme: "Par défaut oui ! Je vais voter Macron parce j’ai peur de Marine Le Pen, j’ai peur des extrêmes, qu’elles soient de gauche ou de droite".

De son côté, Nanou est encore hésitante, elle attend beaucoup du débat pour choisir, et s’il le faut elle votera blanc. Son candidat du premier tour n’a d'ailleurs pas donné de consignes de vote à ses électeurs, et explique qu'il va, lui aussi, voter blanc.

Jean-Wilfrid Forquès (édité par J.A.)