RMC

"Nous sommes dans une dictature molle": ce qu'il faut retenir de l'interview de Jean Lassalle

Jean Lassalle, le candidat de Résistons, était l'invité d'Apolline de Malherbe ce vendredi matin sur RMC et BFMTV.

Candidat en 2017, éliminé au premier tour avec 1,17% des voix, Jean Lassalle se présente pour la seconde fois à l’élection présidentielle. Invité de RMC et BFMTV, il a assuré se présenter pour rassembler un pays "perclus de petites blessures qui se sont infectées".

"Si je n’avais pas été candidat je n’aurais pas su pour qui voter"

Une décision motivée par son envie de "rassembler ce grand pays", et parce que s’il n’avait pas été candidat, "je n’aurais pas su pour qui voter". "Ce pays est perclus de petites blessures qui se sont infectées", a lancé Jean Lassalle.

Celui qui a sillonné la France en autobus assure avoir rencontré de nombreux Français à qui il a expliqué vouloir "reconstruire un Etat".

Vote Blanc

Le candidat de "Résistons", veut faire reconnaître le vote blanc, aujourd’hui comptabilisé mais qui ne rentre pas en compte dans le décompte des voix. "Il s’agit de redonner la parole et le droit de choisir un peuple souverain. Il faut que le vote blanc soit comptabilisé et figure sur le registre au même titre que Monsieur Lassalle. Cela change que ‘Monsieur Blanc’ peut être premier et là, on va enfin commencer le débat", ajoute-t-il.

Une campagne "pourrie"

Le député français a déploré une campagne présidentielle "pourrie", qualifiant Emmanuel Macron "de candidat des médias": "Cette campagne est pourrie, pour une fois pas par les politiques parce qu’on savait qu’ils étaient d’une lâcheté crasse et j’en fais partie mais par vous, les journalistes", a lancé Jean Lassalle à Apolline de Malherbe.

"On ne savait pas que les journalistes l’étaient autant, lâches!", a-t-il ajouté placidement.

La France "une dictature molle"

Pour Jean Lassalle, la France est un régime dictatorial : "Je me suis rendu compte que nous étions sous le joug d’une dictature qui pousse les plus grands esprits à s’écraser. Nous sommes dans une dictature molle, la dictature de la finance et ces messieurs qui ont entrecroisé toutes leurs affaires", a lancé celui qui avait rendu visite au dictateur Bachar al-Assad en janvier 2017.

Interrogé sur la situation internationale, et les relations diplomatiques francos-russes en plein conflit russo-ukrainien, Jean Lassalle a estimé que le président russe Vladimir Poutine était "conseillé par Emmanuel Macron".

"Vladimir Poutine est complètement dérangé et conseillé par Emmanuel Macron qui lui dit ‘Sors de ta solitude sinon la Russie s’effondra et toi aussi", a-t-il lancé.

Celui qui a toujours plaidé pour parler à tout le monde Bachar al-Assad compris, il estime qu’Emmanuel Macron "provoque Vladimir Poutine. "Si vous voulez lui parler n’allez pas le provoquer!", a assuré Jean Lassalle.

Guillaume Dussourt