RMC

Pour France-Pérou, les fans des Bleus en minorité: "On n'est pas un pays de supporters"

La France affronte le Pérou à 17 heures ce jeudi avec de nombreux supporters français sur place. Mais ils seront beaucoup moins que les Péruviens, ce qui chagrine un peu certains afficionados des Bleus.

La tension monte à quelques heures du coup d’envoi de France-Pérou à Iekaterinbourg. Le deuxième match des Bleus démarre à 17h et sera très suivi en France. Certains supporters des Bleus ont même osé réaliser les plus de 4500 km qui séparent la cité de l’Est de la Russie à la France. Nous avons rencontré Olivier et Bruno, deux Marseillais qui vivent leur 5e Coupe du monde en déplacement.

"En 1994 aux Etats-Unis je n’étais qu’un petit garçon de quinze ans qui avait gagné un concours. J’ai enchaîné avec la France, l’Afrique du Sud, le Brésil. C’est une ferveur particulière. Il n’y a que le football qui peut engendrer ça. On se sacrifie un petit peu, au lieu de partir un peu plus l’été, les vacances sont là au mois de juin. C’est un budget mais dans dix ans vingt ans on racontera à nos petits enfants qu’on y était."

Manque de fans français: "C’est terrible, tous les quatre ans c’est la même déception"

Alors qu’ils ont l’habitude des ambiances de Coupe du monde, un seul regret pour Bruno, le manque de supporters Français en déplacement. Il se sent un peu isolé en tant que fan des Bleus, alors que le match des tribunes est une nouvelle fois perdu pour ce match.

"C’est terrible, tous les quatre ans c’est la même déception. La France est moins suivie que la plupart des pays. On était à France-Suisse, il y avait plus de Suisses que de Français... Je ne pense pas qu’on est pas un pays de supporters. Quand on voit les Mexicains, les Péruviens, il y a toutes les classes sociales qui suivent. L’Argentine j’en parle même pas c’est absolument incroyable."

Cela ne les empêchera pas de soutenir à fond les Bleus, mais c’est surtout cette ambiance sud-américaine qu’ils sont venus chercher… à Moscou.

En Russie, Thomas Chupin (édité par J.A.)