RMC

Pourquoi certaines niches fiscales sont-elles si difficiles à supprimer?

Faut-il conditionner les niches fiscales aux revenus? C'est l'une des propositions de loi citoyenne qui fait partie de la liste des 30 qui reviennent le plus. C'est aussi une idée sur laquelle planche le gouvernement.

Le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin a préconisé lundi d'encadrer les niches fiscales en les mettant sous conditions de ressources. Cette réduction des niches fiscales est une des suggestions les plus populaires parmi les "gilets jaunes". C'est aussi une idée qui revient souvent dans vos 30 propositions de lois citoyennes.

Mais est-ce si simple de réduire ces niches fiscales? Première difficulté: les niches fiscales les plus coûteuses sont souvent les plus sensibles. L'abattement de 10% pour les retraités leur permet de compenser le quasi-gel de leur pension, le crédit d'impôt pour l'emploi d'un salarié à domicile bénéficie à plus de 2 millions de ménages, et sans la TVA réduite sur les médicaments remboursables, se soigner coûterait bien plus cher.

"Dans chaque niche, il y a un chien qui mord"

Du côté des niches fiscales pour les entreprises, personne ne pense à supprimer le crédit d'impôt recherche, indispensable aux entreprises dans la guerre technologique mondiale, mais la question se pose pour la TVA réduite dans la restauration: près de 3 milliards d'euros de manque à gagner pour le budget chaque année pour une efficacité contestée mais sa suppression serait difficile à faire avaler à un secteur qui emploie plus d'1 million de salariés. Comme le dit le député Gilles Carrez: "dans chaque niche, il y a un chien qui mord".

Victor Joanin avec Paulina Benavente