RMC

Pourquoi la situation en Afghanistan inquiète avec le retour en force des Talibans

-

- - RMC

"EXPLIQUEZ-NOUS" - La situation continue à s’enliser en Afghanistan alors que les Talibans ont lancé des offensives pour reprendre le pays. Une situation inquiétante.

Les Talibans mènent une offensive brutale pour reconquérir l'Afghanistan. Ils sont aux portes de trois grandes villes afghanes notamment à Kandahar. C'est la deuxième plus grande ville du pays après Kaboul. C’est aussi le berceau du mouvement des talibans. Si la ville tombe, ce serait donc un symbole très fort de leur retour, vingt ans après le 11 septembre.

Dimanche matin, des tirs de roquette ont endommagé la piste de l’aéroport. Tous les vols ont été suspendus.Cette attaque est, en tout cas, très stratégique. L’aéroport partage sa seule piste avec une base militaire, base essentielle pour le ravitaillement des forces afghanes qui combattent les talibans depuis plusieurs semaines.

Et Kandahar n’est pas la seule capitale provinciale menacée. À une centaine de kilomètres de là, il y a Lashkar Gah. Les talibans ont été repoussés une première fois samedi. Mais ils ont réussi à rentrer dimanche dans cette ville de 200.000 habitants.

Il y a des affrontements dans la rue. Sur place, des habitants décrivent une "ville morte" "dans un état déplorable" avec des cadavres sur le sol.

Une reconquête rapide?

Les combats s’intensifient aussi dans l'Ouest du pays. À Herat, troisième ville la plus peuplée d’Afghanistan. Depuis cinq jours, maintenant, les forces afghanes tentent de repousser les assauts des talibans. Samedi, ils se sont rapprochés du centre-ville. Ils ont même attaqué un bureau des Nations Unis tuant un policier. L’ONU et les États-Unis ont fermement condamné cette attaque.

C'est une mobilisation civile qui ralentit les talibans, appuyée par un puissant chef de guerre, Ismail Khan. Il est âgé de 75 ans, c’est une grande figure de la lutte anti talibane. Il a aussi été vétéran de guerre contre l’invasion soviétique dans les années 80. En gros, c’est le symbole d’une guerre qui ne finit plus.

En réaction, l'armée américaine a mené des frappes aériennes sur des positions talibannes il y a 10 jours. Preuve qu'ils redoutent une reconquête rapide.

En fait, les talibans sont en train de reconquérir le pays, vingt ans après le 11 septembre et le début de l’offensive américaine en Afghanistan. Ils ont lancé une grande offensive en mai dernier. Cela correspond au moment où les troupes américaines ont commencé leur retrait.

Et en deux mois, on peut le dire, ils ont déjà gagné beaucoup de terrain. Ils disent contrôler 85% du territoire, principalement des zones rurales.

>> A LIRE AUSSI - Afghanistan, 20 ans de guerre pour rien?

Ces dernières semaines, les Talibans ont aussi pris le contrôle de deux postes frontières stratégiques, l’un avec l’Iran l’autre avec le Turkménistan. Cela veut dire concrètement que le régime en place perd des ressources douanières.

Et donc, dernier volet de cette offensive, ils encerclent désormais les capitales provinciales.

En fait, les talibans sont revenus et ils semblent encore plus forts qu'avant. Ils ont reconstitué leur force au Pakistan et ont désormais une direction unifiée et rationalisée. Ils bénéficient de plusieurs milliers de combattants. En face, l'armée afghane est aux abois. Les soldats ne sont pas assez nombreux, ils sont mal formés et mal équipés, et ils perdent tout doucement le soutien américain. Une partie de l'armée est également corrompue. Pour certains spécialistes, Kaboul pourrait tomber dans les prochains mois.

La guerre n’aura donc servi à rien ?

En tout cas, selon de nombreux experts, c’est un fiasco. 20 ans de guerre, 2000 milliards de dollars dépensés, plusieurs milliers de civils et de soldats américains et afghans tués pour rien.

À la fin du mois, il n'y aura plus de soldats américains. Et les talibans semblent aux portes du pouvoir. Avec toujours le même projet politique, un régime fondamentaliste très strict, l’un des plus rétrograde et des plus dur à l'égard des femmes.

Mercredi dernier, une délégation talibane a été reçue en Chine. Le ministre chinois des affaires étrangères en a profité pour dire qu'ils étaient une "force politique et militaire cruciale" et qu’il espérait qu’ils "joueraient un rôle important dans le processus de paix, de réconciliation et de reconstruction".

En fait, la Chine a tout intérêt à tendre la main à ceux qui pourraient prendre le pouvoir dans les prochains mois. Car tout ça se joue à proximité de sa frontière. Il faut donc sécuriser la zone.

Le gouvernement chinois redoute également une alliance avec les musulmans ouïghours. Et elle a donc voulu s'assurer que les talibans ne feraient pas alliance avec ceux qu'elle considère comme terroristes.