RMC

Procès de Nordahl Lelandais: l'accusé reconnaît avoir "bien donné la mort" à Maëlys et "présente ses excuses"

Au premier jour de son procès, ce lundi à Grenoble, Nordhal Lelandais a reconnu avoir tué la petite Maëlys en août 2017 et a présenté ses excuses à ses parents.

Au premier jour de son procès, ce lundi à Grenoble, Nordahl Lelandais a reconnu avoir tué la petite Maëlys en août 2017 et a présenté ses excuses à ses parents.

Un accusé très discret au début du procès, cheveux gris, chemise grise et pantalon beige. Les parents de Maëlys, eux, ont une portrait de leur fille sur les genoux. Le père a dit avant l’audience qu’il voulait "la peine la plus longue pour Lelandais" et qu’il n’attendait "aucune sincérité de sa part". 

En fin de matinée, la présidente de la cour est revenue sur les faits. Elle a conclu en énonçant les faits reprochés à Nordahl Lelandais: agressions sexuelles sur ses petites cousines, détention d’images pédopornographiques et meurtre de Maëlys. 

"J’ai bien donné la mort à Maëlys mais je ne voulais pas"

Elle a demandé à Nordahl Lelandais s’il voulait s’exprimer. Debout dans le box, il n’arrive pas à s’exprimer, d'abord. Il prend quelques secondes, pleure puis demande s’il peut s’adresser aux parents. La présidente lui demande de s’adresser à la cour. Il dit: "Je voudrais présenter mes excuses. J’ai bien donné la mort à Maëlys mais je ne voulais pas. Je présente mes excuses". 

>> Tous les podcasts de RMC

Déjà condamné pour le meurtre d'Arthur Noyer

Déjà condamné à 20 ans de prison pour le meurtre d’Arthur Noyer, Nordahl Lelandais est jugé à partir de ce lundi à Grenoble pour le meurtre de la petite Maëlys en 2017, mais aussi pour des agressions sexuelles à l'encontre de deux petites cousines, et encourt cette fois la réclusion criminelle à perpétuité.

La fillette de 8 ans avait disparu la nuit du 27 aout 2017 lors d'un mariage à la salle des fêtes de Pont-de-Beauvoisin, en Isère. Rapidement suspecté, Nordahl Lelandais avait admis six mois plus tard avoir tué Maelys "involontairement" et avait conduit les enquêteurs jusqu'à son corps. La cour d’assises va tenter de percer le mystère de cet ancien maître-chien à la personnalité énigmatique, complexe, et qui semble ne pas craquer à moins d’être acculé. 

LP avec Ambre Lepoivre