RMC

Quand Jean-Jacques Bourdin recadre un auditeur qui l'accuse de faire une campagne anti-FN

Accusé par un auditeur de faire une "campagne anti-FN" suite à son interview de Marine Le Pen sur RMC / BFMTV, Jean-Jacques Bourdin a vivement réagi ce jeudi matin sur l'antenne de RMC.

"Que les choses soient bien claires : je ne fais aucune campagne anti-FN". Jean-Jacques Bourdin n'a pas apprécié les accusations de Tonio, qui est intervenu sur l'antenne de RMC après avoir appelé le 32-16. "J'ai écouté votre interview de Marine le Pen. Je vous adore beaucoup (sic) mais arrêtez de faire une campagne anti-FN", a accusé Tonio. "Mais je ne fais aucune campagne anti-FN ! Que les choses soient bien claires", a rétorqué Jean-Jacques Bourdin. "Ça c'est facile. Chaque fois que j'interviewe un homme ou une femme politique, dès que je pose des questions un peu dérangeantes on me dit : 'Ah vous êtes contre, vos faites une campagne contre…'". J'entends ça avec le Front de Gauche, avec le PS, avec Les Républicains, avec le FN… Quand est-ce que vous comprendrez qu'on peut pratiquer son métier sans avoir de parti pris ?"

"Je n'ai aucun état d'âme pour aucun de ces responsables politiques"

"Je titille Marine Le Pen, oui, mais c'est mon boulot. Vous voulez que je lui dise 'vous êtes la plus belle, vous êtes la plus forte' ?", a poursuivi Jean-Jacques Bourdin, qui reconnaît être plus pugnace "avec les politiques majeurs, ceux qui aspirent à être président de la République".

Comme il faisait passer des "entretiens d'embauche" aux candidats à la présidentielle de 2012, Jean-Jacques Bourdin promet "de le refaire pour 2017, et même plus encore". "Je les mettrai sur le grill, tous les candidats, les uns derrière les autres, qu'ils s'appellent Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy, Alain Juppé, François Hollande ou je ne sais trop qui. Ils seront ici pour répondre aux questions. Et sans état d'âme, car je n'ai aucun état d'âme pour aucun de ces responsables politiques".

Philippe Gril