RMC

Qui est vraiment Noël Le Graët, président de la FFF?

Le portrait de Poincaré - Noël Le Graët, le président de la fédération Française de Football qui annoncé hier qu’il se présentait pour un quatrième mandat.

Avant-hier, Joe Biden est devenu président des Etats-Unis à 78 ans, alors hier Noël Le Graët s’est dit qu’il pouvait bien rester à la tête du football français à 79 ans. Il n’a finalement qu’un an de plus que Joe Biden.

En 2012, il s’était représenté pour un dernier mandat. En 2017, il s’était re-representé pour un dernier mandat. Hier, il a annoncé sa candidature pour ce qui sera sans doute un dernier mandat, mais en ajoutant prudemment : "On ne sait jamais".

Dans un portrait que lui consacre Le Monde d’aujourd’hui, il balaye la question de l'âge. "Ça n'a pas d’importance dit-il, je connais des incapables de 50 ans". Et de fait on en connaît tous.

50 ans de carrière dans le football

L'âge n’a pas d’importance, la maladie non plus. Noël Le Graët s'était déjà remis d’un cancer dans les années 2000, il a souffert d’une leucémie il y a deux ans, mais il précise qu’il n’a jamais raté aucune réunion importante. Il lui est arrivé de sortir de l'hôpital pour ne pas rater un rendez-vous.

Et ça fait 50 ans qu’il est dans le foot et qu’il n’a pas raté beaucoup de rendez-vous. Il a pris la présidence de l'En avant Guingamp au début des années 70. C'était un petit club amateur, il l’a emmené en Ligue 1, en Coupe d’Europe deux fois. Il a aussi été maire socialiste de Guingamp. Et puis parallèlement, il a mené une belle carrière d’entrepreneur. L’ancien instituteur a monté une entreprise d’agroalimentaire qui fait 200 millions de chiffres d'affaires et emploie 800 personnes en Bretagne. Ce qui a fait de lui un homme riche et qui lui permet d'être bénévole à la Fédération française de football. Même s'il est aussi désormais à la FIFA, la fédération internationale où là, il touche 17.000 euros net par mois.

Une coupe du monde en 2018

Pour se faire réélire, le président sortant mettra en avant son bilan. Un titre de champion du monde en 2018, une excellente entente avec le sélectionneur Didier Deschamps, l’organisation de la Coupe du monde féminine en 2019. Ses adversaires s’il y en a, mettront en avant son passif. Une mauvaise ambiance au sein de la Fédération avec des plaintes de salariées pour sexisme et blagues graveleuses.

Et puis les gaffes du président. Lorsqu’il affirme sur BFM Business qu’il n’y a pas de racisme dans le foot, ou bien lorsqu’il dit qu’il faut interrompre un match pour des cris racistes mais pas pour des chants homophobes. Des prises de position qui lui ont valu de sérieuses engueulades avec la ministre des sports Roxana Maracineanu. Comme un conflit de génération, puisqu’ils ont 35 ans d'écart.

Nicolas Poincaré